Accueil
Hamou Bouakkaz : L'importance de l'audiodescription
Partager

Hamou Bouakkaz : L'importance de l'audiodescription

RCF, le 26 septembre 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
La chronique Handicap L'importance de l'audiodescription

L'accessibilité des films aux malvoyants peut être très compliqué pour ces derniers. Tous les films ne leur sont pas adaptés. Hamou Bouakkaz revient sur une application qui fait de l’audiodescription des films pour les malvoyants.

Hamou Bouakkaz, expert diversité et handicap ©DR Hamou Bouakkaz, expert diversité et handicap ©DR

Savez-vous pourquoi mes pas m’ont porté dans la petite Venise provençale ? Figurez-vous qu’hier, j’animais un débat autour du film “Le Jouet” de Francis Veber avec un formidable critique de cinéma, Adrien Dénouette, pour montrer en quoi consiste l’audiodescription et le sous-titrage d'un film. 

 

En quoi cela consiste-t-il ? À juxtaposer à la bande son d’un film un commentaire des images et de l’intention de celui qui les filme. Le festival play it again a permis de montrer dans toute la France des films accessibles à tous grâce à l’audiodescription et au sous-titrage.

 

Bientôt, chacun disposera d’une application accessible sur son téléphone lui permettant d’aller dans n’importe quelle salle de cinéma et de regarder le film avec l’adaptation qu’il souhaite. Les initiatives pour populariser ces avancées se multiplient ! L’association les yeux dits cherche les moyens pour adapter les cent films patrimoniaux du cinéma français. Elle met en ligne les 23 premiers sur la plate-forme la Cinetek, le site consacré à la (re)découverte en ligne des grands films du XXe siècle. 

 

Parmi ces films, "Baisers volés" de François Truffaut, “Les Demoiselles de Rochefort" de Jacques Demy, "Cléo de 5 à 7" d'Agnès Varda, "Chronique d'un été" de Jean Rouch et Edgar Morin, "La guerre des boutons" de Yves Robert et "Ponette" de Jacques Doillon.  L’association Valentin Haüy propose son festival audio-vision au cinéma UGC Lyon Bastille avec une programmation très éclectique.

 

Des centaines de lieux de culture s’ouvrent à un nouveau segment de clients qui rêvent de découvrir des spectacles dont ils étaient privés ou qu’il pensait hors de sa portée. Faire reculer la ligne d’horizon ! Voilà ce que permettent les nouvelles technologies et l’engagement d’acteurs de la culture et de l’accessibilité. N’hésitez pas à  participer à ces initiatives pour encourager ces bonnes pratiques !

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...