Accueil
Un an après le rapport Sauvé, "chaque jour d’attente d'une réparation financière est une souffrance", confie une victime

Un an après le rapport Sauvé, "chaque jour d’attente d'une réparation financière est une souffrance", confie une victime

Un article rédigé par Clara Gabillet - RCF, le 7 octobre 2022  -  Modifié le 7 octobre 2022
L'Invité de la Matinale Jean-René Nicoleau, membre du collectif 85 des victimes de Vendée

330.000 victimes depuis 1950. Il y a un an jour pour jour, ce chiffre a permis de mesurer l’ampleur des abus sexuels commis au sein de l’Eglise, grâce au travail de la commission sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase). Un an plus tard, qu’a changé ce rapport dans la vie des victimes, dont certaines ont attendu toute leur vie pour enfin parler ? Réponses de Jean-René Nicoleau, membre du Collectif des victimes de violences sexuelles dans l'Église de Vendée.

©Unsplash ©Unsplash

Jean-René Nicoleau se souvient parfaitement de ce 5 octobre 2021, jour de la publication du rapport Sauvé par la Commission sur les abus sexuels dans l'Eglise (CIASE). "Ça a été la confirmation officielle que tout ce qui nous était arrivé et était enfoui dans nos mémoires était vrai. On nous croyait enfin", affirme celui qui anime le collectif 85, des victimes de Vendée.

 

Une réparation financière encore balbutiante

 

Une étape dans un processus de cicatrisation pour celui qui a été abusé sexuellement dans son diocèse lorsqu'il avait 10 ans et qui a mis 50 ans à parler. Mais la dernière étape de ce processus, c'est la réparation financière qu'il attend. Jean-René Nicoleau a formulé la demande à l'instance nationale indépendante de reconnaissance et de réparation (INIRR), née à l'issue du rapport Sauvé. Critiquée pour son délai de traitement de demandes, il lui reste environ 800 à traiter. 

 

"Chaque jour d’attente pour nous est une souffrance, insiste le sexagénaire. Nous n’attendons que cela pour tourner la page, pour passer de victime à témoin. On nous balade de mois en mois et c’est très douloureux pour beaucoup d’entre nous qui sommes désabusés ou en colère." Pour Jean-René Nicoleau, c'est l'ultime étape avant de "refermer le livre". "Les vieux démons seront enterrés", confie-t-il. 

 

"Il y a toujours des évêques qui n’ont pas compris"

 

Il n'y a pas que l'INIRR qui mette en colère cette victime. Mais aussi la posture de l'Eglise, avec laquelle il a coupé les ponts depuis des années. "Je n’ai pas l’impression que l’Eglise ait pris conscience du rapport Sauvé. Les évêques ne réagissent pas tous de la même façon. Il y a toujours des évêques qui n’ont pas compris. Pour moi c’est une autre planète. Ils sont en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis", conclut Jean-René Nicoleau. 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don