Accueil
Le 20 mars, première journée nationale de prière pour les victimes d'abus sexuels dans l'Église

Le 20 mars, première journée nationale de prière pour les victimes d'abus sexuels dans l'Église

RCF, le 18 mars 2022  -  Modifié le 17 juillet 2023
L'actu chrétienne Journée de prière pour les victimes d'abus sexuels dans l'Eglise

Ce dimanche 20 mars, c'est la première journée nationale de prière pour les victimes d'abus au sein de l’Église. Une "journée mémorielle" qui avait été décidée par les évêques de France en mars 2021, cinq mois avant la remise du rapport Sauvé.

©Unsplash ©Unsplash

La première journée nationale de prière pour les victimes d'abus dans l’Église

 

C'est une décision que les évêques de France ont prise à la fin du mois de mars 2021, soit près de cinq mois avant la parution du rapport SauvéDésormais le troisième dimanche de Carême sera une journée nationale de prière pour les personnes victimes de violences et agressions sexuelles et d’abus de pouvoir et de conscience au sein de l’Église.

 

Intentions de prière pour la messe du dimanche, chemin de croix, livret de prière… La Conférence des évêques de France (CEF) a préparé un certain nombre de documents, des "outils", pour permettre aux paroisses et communautés qui le souhaitent de prier ensemble lors de cette journée de mémoire. "Si l’Église a pris différentes mesures sur des questions matérielles, sur des questions de réflexion, l’Église aussi porte ces personnes dans sa prière", souligne Mgr Luc Crepy, le président du Conseil pour la prévention et la lutte contre la pédophilie de la CEF, au micro d'Étienne Pépin.

 

Une "journée mémorielle" pour ne pas oublier le drame des abus sexuels

 

Cette journée de prière est aussi une journée pour faire mémoire du drame des abus. Mgr Luc Crepy parle d’un "temps mémoriel". "C’est important de garder en mémoire ce qui s’est passé dans l’Église, de manifester aux personnes victimes que l’Église est dans un processus de reconnaissance de ce qu’elles ont subi, des drames qu’elles ont vécus."

 

Des comportements à changer dans l’Église vis-à-vis des victimes

 

S'il s'agit d'un "temps de pénitence" c'est aussi un "temps de vigilance", souligne l’évêque. Il reste encore selon lui dans l’Église des "comportements" et des "attitudes à changer vis-à-vis des personnes victimes". La CEF invite à "une démarche pénitentielle".


Cette journée de prière "s’inscrit dans tout le travail de la CEF pour cette prévention et cette lutte contre la pédocriminalité". Groupes de réflexion, cellules d’écoute, instance indépendante… au sein de la CER et dans les diocèses, c’est "toute une dynamique", qui s’est mise en place "en particulier depuis novembre 2021", décrit Mgr Crepy.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don