Accueil
RCF Époque morose ? N'oublions pas de cultiver la joie… Par Blanche Streb
Partager

Époque morose ? N'oublions pas de cultiver la joie… Par Blanche Streb

Un article rédigé par Blanche Streb - RCF, le 5 juillet 2024  -  Modifié le 5 juillet 2024
Le point de vue de 7h55 Epoque morose ? N'oublions pas de cultiver la joie… Par Blanche Streb

LE POINT DE VUE DE BLANCHE STREB - Pour son dernier point de vue de l’année, Blanche Streb parle de la joie. Parce que la période est assez morose. Pas besoin de détailler… Et si on trouve que c’est futile ou inutile, voire indécent de parler de joie aujourd’hui, c’est surement que c’est le bon moment de le faire. Notre temps, et nous, et moi…on a tellement besoin de joie. Et puis, vous le disiez, c’est le dernier édito. Et comme j’ai eu beaucoup de joie cette année aux côtés de Pierre-Hugues Dubois, ça me semblait assez naturel !

Blanche Streb - ©Paul-Augustin Frecon Blanche Streb - ©Paul-Augustin Frecon

En pensant à ce sujet, c’est la couverture d’un livre que j’ai dans ma bibliothèque qui m’est venu en tête. On y voit le visage resplendissant d’un enfant des rues de Manille. Un enfant pauvre au sourire éclatant, au regard pétillant. Ce livre, c'est Le prodigieux mystère de la joie de Mathieu Dauchez.

C’est vrai qu’il y a une part de mystère dans la joie

Vraiment. Elle ne va pas toujours de soi, et pourtant je suis sure qu’on a déjà tous fait cette expérience qu’il existe une sorte de joie plus profonde, plus intérieure, que rien n’enlève. Pas même l’épreuve. C’est même une parole du Christ : "Votre joie, personne ne vous l’enlèvera". 

C’est fort comme parole. C’est même assez exigeant non ? 

Oui. Parce qu’on n’arrive pas toujours à lui laisser sa place. Quand on s’est levé du mauvais pied, qu’on est fatigués, qu’il pleut encore pour la millième année… et quand des choses vont mal, ou font mal. Et même, et ça, c'est toute l’histoire de nos paradoxes humains, on n’arrive pas toujours à lui faire une place quand tout va bien, ou dans la banalité du quotidien. Au fond, la joie, comme l’émerveillement, comme l’espérance, sont des actes de résistance intérieure. Elle se cultive, se reçoit, se partage. C’est votre slogan et la vocation, de RCF d’ailleurs !

Comment la cultiver, cette joie ?

D’abord y penser ! Il y a dans ce petit mot "joie", quand on le prononce, un petit peu d’elle qui s’invite, déjà. Et, comme l’écrit le philosophe Martin Steffens, en n’oubliant pas que "la joie a à voir avec ce don que l’on est à soi-même. Inscrite dans la pulsation même de notre vie, elle n’est jamais si loin, même si elle exige une conversion du regard. La joie apparaît alors moins comme une occasion à saisir que comme une façon de saisir toutes les occasions." 

Un petit conseil pour cet été ? 

Oui, pourquoi pas lire le merveilleux Petit traité de la joie (ed. Salvator) de Martin Steffens. Un petit bouquin qui fait du bien, que je le relis fidèlement chaque été. Il est tout usé maintenant. 

Et j’avais envie de finir sur un morceau d’un poème qui conclut mon dernier livre sur l’émerveillement: 

"Rappelle-toi que le bonheur, sur cette terre, ne nous est pas promis,
Mais que par une seule parole, tu peux être guéri,
Et qu’au détour des souffrances comme des fêtes,
Adviendra ce que personne ne te volera : la joie parfaite."

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Le point de vue de 7h55

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don