Accueil
Qu’est-ce que l’acédie, cet état par lequel passe tout croyant ?
Partager

Qu’est-ce que l’acédie, cet état par lequel passe tout croyant ?

Un article rédigé par L.D. avec Pierre-Hugues Dubois - RCF, le 29 février 2024  -  Modifié le 29 février 2024

C’est un mot ancien et peu connu, pourtant l’acédie peut toucher l’ensemble des croyants, chrétiens ou non. Et s’il peut survenir à chaque instant de la vie, cet état spirituel est très susceptible d’apparaître au moment du Carême. Le thème de l’acédie est justement au cœur de la pièce de théâtre Akedia, écrite par le frère dominicain Adrien Candiard. 

Photo d'illustration. Crédit : Liza Summer / Pexels Photo d'illustration. Crédit : Liza Summer / Pexels

À l’origine, le terme d’acédie est attribué aux Pères du désert, c’est-à-dire les moins chrétiens du premier siècle qui ont vécu dans les déserts du Porche et Moyen-Orient. Des moines confrontés à la solitude et au doute spirituel. La désolation spirituelle, c’est justement la définition de l’acédie : ''c'est la perte de motivation, ou le désespoir pour le dire de manière un peu plus tragique'', explique le frère Adrien Candiard.

L’acédie, un état d’esprit universel et essentiel

Chrétiens ou non, nous pouvons tous ''se retrouver face à un désert, face à un découragement, un abattement'', commente le frère dominicain. D’ailleurs, ce découragement peut faire partie du chemin du Carême, selon lui. Malgré la bonne volonté des débuts, des difficultés peuvent vite apparaître tout au long des quarante jours, et c’est justement à ce moment-là que le découragement peut arriver. 

On ne grandit pas sans crise, c'est une expérience humaine

Pour le croyant, cette perte de sens peut vite être perçu comme troublante et décourageante. Pourtant, elle est une étape essentielle de la vie spirituelle. ''C’est normal, la vie spirituelle elle a ses temps forts et ses temps faibles, et les deux sont importants'', assure Adrien Candiard.. Aussi inconfortable soit-il, il ne faut pas fuir cette acédie. ''On ne grandit pas sans crise, c’est une expérience humaine'', insiste-t-il, appelant à s’en remettre au Seigneur, qui sait où nous devons passer. 

Prix de la liberté intérieure "Le mal à l'âme - L'acédie, de la mélancolie à la joie", d'Alexandra Puppinck Bortoli

Etre à l’écoute du silence, pour sortir de l’acédie

Dans sa pièce de théâtre Akedia, jouée tout l’été 2023 et publié récemment aux éditions Cerf, le frère Adrien Candiard met en scène la discussion entre le diable et un moine du désert. Le premier, très bavard, pousse le deuxième au désespoir. Dans cette discussion à bâtons rompus, les bavardages incessants du diable apparaissent en opposition total avec le silence de Dieu. C’est pour cette raison qu’il faut ''écouter le silence. Même si c’est long et compliqué, c’est nécessaire'', explique le religieux. 

Mais sous ses airs apaisants, le silence peut aussi se révéler angoissant. ''Le silence a quelque chose d'éprouvant parce qu'il nous met face à nous-même, face à nos contradictions'', admet Adrien Candiard. Mais le silence n’est pas une épreuve qu’il faut fuir pour autant, au contraire : ''il faut l’affronter, ne pas le craindre et aimer Dieu au-delà de son propre silence''.  Tout est une question de confiance donc, d’autant plus pendant le temps du Carême.  

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don