Accueil
Mort de Raymond Fau, une figure de la chanson chrétienne
Partager

Mort de Raymond Fau, une figure de la chanson chrétienne

RCF,  -  Modifié le 27 décembre 2021
Journal RCF Mort de Raymond Fau, une figure de la chanson chrétienne

"Tu es là au cœur de nos vies", "Je veux te chanter Marie", "N'aie pas peur"... Ces titres du répertoire chrétien qui ont accompagné la vie de foi de tant de fidèles, on les doit à Raymond Fau. L'auteur-compositeur-interprète s'est éteint dans la nuit du 26 décembre, à l'âge de 85 ans. 

L'un des disques de Raymond Fau L'un des disques de Raymond Fau

Le style Raymond Fau

Né en 1936 à Graulhet, dans le Tarn, Raymond Fau appartient à cette génération d’artistes chrétiens dont les œuvres ont accompagné la vie de foi et la pratique religieuse de milliers de fidèles. Son style, c’était "des chansons simples, au service de la rencontre", explique Robert Migliorini, religieux assomptionniste, journaliste et musicien, auteur du blog Au cabaret du bon Dieu. Des chansons jugées parfois trop simples, voire vieillottes au fil des années.

 

 

Raymond Fau, une figure de la chanson chrétienne

Pourtant, qui a grandi dans les années 70 ou 80 ne peut oublier les airs de "Tu es là au cœur de nos viesvet c’est toi qui nous fais vivre", "Je veux te chanter Marie", ou "N'aie pas peur, laisse-toi regarder par le Christ", pour ne citer que certains de ses plus grands titres. Pendant 30 ans, Raymond Fau a été un créateur inlassable. Pour Robert Migliorini, "il est l’un des initiateurs et des continuateurs du Père Duval" - Aimé Duval (1918-1984), ce jésuite que l’on surnommait le Brassens en soutane.

Raymond Fau "a formé un nombre important de musiciens et d’artistes que l’on entend toujours aujourd’hui", comme Steeve Gernez ou Hubert Bourel, qui vient de publier une vidéo sur sa page Youtube pour rendre hommage à Raymond Fau.

 

 

Un artiste "aux périphéries"

Raymond Fau était aussi photographe et grand voyageur, en Afrique ou en Asie. Et un artiste qui allait "aux périphéries", comme le dit Robert Migliorini. "Dans la journée, il allait dans les écoles, le soir il remplissait les églises…" Et en dehors de ses concerts, il vendait beaucoup de disques. Si bien que "maintes commissions de chants liturgiques se sont intéressées au succès de Raymond Fau, pour savoir pourquoi ça marchait si bien". L’assomptionniste raconte que dans l’une des études on peut lire : "C’est le chant de quelqu’un qui dit la merveille de sa vie.  C’est un peu le langage des amoureux de tous les temps."

 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don