Accueil
Morbihan : 340 pèlerins à Lourdes pour un temps «fraternel»

Morbihan : 340 pèlerins à Lourdes pour un temps «fraternel»

Un article rédigé par Claire le Parc - RCF Sud Bretagne,  -  Modifié le 15 octobre 2021
3 questions à (Sud Bretagne) " Je suis l'Immaculée Conception ", 340 morbihannais en pèlerinage à Lourdes

Grande joie pour le diocèse de Vannes... Après une annulation en 2020 et un report en 2021, le pèlerinage à Lourdes a lieu cette semaine. Un vrai temps fort pour les 340 morbihannais qui se sont rendus sur place. Témoignages.

 

340 morbihannais ont participé, cette semaine, au pèlerinage de Lourdes ©Marie-Annick Le Drapper 340 morbihannais ont participé, cette semaine, au pèlerinage de Lourdes ©Marie-Annick Le Drapper

Cela faisait deux ans qu'ils attendaient ça... Samedi 340 pèlerins ont quitté le diocèse de Vannes. Direction : Lourdes. Après deux éditions contrariées par la crise sanitaire le pèlerinage diocésain à Lourdes a cette fois pu se maintenir. «C'est une immense joie de pouvoir répondre à l'appel de Marie», nous confiait François Labédie, directeur diocésain du service des pèlerinages avant le départ. « Cette année nous accompagnons 25 personnes en situation de fragilité contre 180 habituellement. Cela va renforcer les relations humaines et fraternelles.» Parmi les temps forts : la messe d'entrée dans la grotte, différentes rencontres, une lecture des mosaïques de la Basilique de l'Immaculée Conception... Et pour la première fois, il était possible de s'associer au pèlerinage depuis le Morbihan, au travers de chapelets, de messes... Une grâce pour François Labédie. «C'est important de pouvoir se porter les uns et les autres, de vivre le pèlerinage en communion.»

 

Joie, fraternité, communion...

 

Un enthousiasme partagé par les différents pèlerins. Marie-Annick le Drapper, correspondante du doyenné d'Hennebont accompagne un groupe de 14 personnes, dont 9 qui découvrent Lourdes pour la première fois. «Je pense à une femme qui a osé partir vers l'inconnu. Elle souhaitait se rapprocher de notre maman du ciel, suivre son cœur. Je pense également à une femme qui a  accompagné son grand-père de 90 ans. Tout cela est très enrichissant spirituellement. Nous arrivons près de Marie qui a porté, comme nous, beaucoup d'épreuves dans sa vie. Ici le ciel touche la terre.»

©Michel Jean Brohan

 

Un sentiment de paix

 

Autre témoignage : celui d'Annabelle. Chanteuse, elle partage sa vie entre la Région parisienne et Hennebont. Elle s'est rendue pour la première fois, cette année, à Lourdes. Un moment très fort pour elle : « Ce qui me marque le plus est le sentiment de paix, de fraternité et de communion qui règne sur le Sanctuaire. Nous sommes tous unis par une même foi et cet amour pour notre maman du ciel. Je ne m'attendais pas à être saisie de manière aussi physique par la présence de Marie, à sentir sa lumière, son humilité. En même temps, c'est ce que j'espérais en arrivant ici... donc j'ai été comblée. Je suis certaine que cette expérience aura un effet dans ma vie, dans celle de mes proches et de ceux que j'ai porté dans mes prières. »

 

Prendre des forces, se resituer dans nos vies

 

Patrice Talmon, est diacre au service du diocèse. Il accompagne les malades à tous les pèlerinages depuis plusieurs années. Pour lui : « le peu de monde, lors de cette édition, a créé encore plus de liens de fraternité. Il passe entre les hospitaliers et les malades un courant inimaginable.  Nous sommes venus prendre des forces à Lourdes pour retourner dans nos lieux de vie. » Pour lui ce pèlerinage est un moment important : « pour se repositionner, se resituer dans notre mission auprès des personnes défavorisées mais aussi auprès de notre famille. »

Les malades du Diocèse de Vannes à Lourdes ©Hospitalité d'Arvor


Une expérience donc très forte qui doit s'achever aux côtés de Mgr Raymond Centène, évêque de Vannes. « Il nous enverra en mission, explique François Labédie. A nous désormais d'être pèlerins... mais là où nous vivons. »

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don