Accueil
Hommage à Arcabas, peintre d'art sacré
Partager

Hommage à Arcabas, peintre d'art sacré

RCF,  -  Modifié le 30 août 2018
Visages Hommage à Arcabas, peintre d'art sacré
Le peintre Arcabas, de son vrai nom Jean-Marie Pirot, est mort le 23 août 2018 à l'âge de 91 ans. Pour lui rendre hommage, RCF rediffuse son interview au micro de Thierry Lyonnet.
podcast image par défaut

En 2012, Thierry Lyonnet rencontrait le peintre Arcabas dans son atelier de Saint-Hugues-de-Chartreuse (Isère). Un endroit baigné de lumière, situé à quelques kilomètres de la chapelle qu'il avait entièrement décorée entre 1951 et 1991. Internationalement connu pour son travail d'art sacré, Arcabas était avant tout un peintre en quête du beau.
 

Vocation : peintre

"À 13 ans, je savais que je voulais être un grand peintre. Je suis un peintre." Né en Lorraine en 1926, dans une famille de cinq enfants, le jeune Jean-Marie Pirot a été encouragé à devenir peintre par son père instituteur, quand celui-ci lui a fait rencontrer le graveur lorrain Clément Kieffer, devenu son maître. "Il a laissé des traces très profondes dans ma vie... C'est lui qui m'a amené [à la peinture]."

On dit de l'art sacré qu'il aide à voir l'invisible. En rappelant que Clément Kieffer lui a transmis une "déontologie" - c'est-à-dire "retranscrire dans l'honnêteté la plus parfaite", "la vérité de celui qui regarde le monde" - Arcabas nous explique que tout l'enjeu de l'art sacré n'est pas de représenter un imaginaire, mais bien "une vérité".
 

Le peintre de la couleur et de la détresse

On l'a souvent présenté comme le peintre de la couleur, de la joie, mais il n'y a pas que ça dans l'œuvre d'Arcabas. Il y a aussi un sens très étroit de la souffrance humaine et du désarroi. "Les gens ne veulent  pas voir ça, et puis ils se basent sur les rapports de tons et la richesse colorée... Si les gens sont heureux malgré la tristesse qui peut se trouver en filigrane dans le tout, du moment qu'ils sont heureux, je suis content !"
 

"N'ayez pas peur"

Lors de la deuxième exposition de ses toiles au musée de Fourvière à Lyon (en 2012), Aracabas avait choisi de donner à voir une œuvre monumentale qu'il n'avait plus présentée depuis 50 ans : L'hommage à Bernanos. Un polyptyque avec en son centre une Crucifixion et au pied de la croix une petite fille tenant un écriteau : Ego sum nolite timere ("C'est moi n'ayez pas peur").

"N'ayez pas peur" : et si cette phrase était la clé pour comprendre l'œuvre et la vie d'Arcabas ? Jean Paul II la reprenait souvent, "mais la phrase et les anges qui la disent existent chez moi depuis plus de 40 ans", confiait le peintre. Il l'avait inscrite sur une fresque chez lui à Grenoble. Pour dire au visiteur "n'aies pas peur"... "Comme si je voulais dire aux gens, entrez soyez libre !"

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Visages

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don