Accueil
Quel est le lien entre le lycée Stanislas et le bidonville de Con Hen ?
Partager

Quel est le lien entre le lycée Stanislas et le bidonville de Con Hen ?

Un article rédigé par Guillaume d'Aboville - RCF, le 23 janvier 2024  -  Modifié le 23 janvier 2024
Loin des yeux, près du cœur Quel est le lien entre le lycée Stanislas et le bidonville de Con Hen ?

LA CRHONIQUE D'ENFANTS DU MEKONG -  Guillaume d'Aboville fait un lien étonnant entre le lycée Stanislas et le bidonville de Con Hen au Vietnam.

Guillaume d'Aboville est le directeur général d'Enfants du Mékong ©DR Guillaume d'Aboville est le directeur général d'Enfants du Mékong ©DR

Confucius disait que « La vie ne se mesure pas par le nombre de respirations prises, mais par le nombre de moments qui nous coupe le souffle ». L’affaire Oudéa-Castéra et du collège Stanislas m’a coupé le souffle. 

Pourquoi vouloir casser ce qui semble fonctionner ?

Remettre en question une œuvre éducative de plus de 200 ans qui forme actuellement plus de 3500 élèves suscite des interrogations légitimes. A en oublier les fruits de l’exigence et de la bienveillance éducative, de l’ouverture aux personnes handicapées ; à l’engagement de tant de jeunes pour servir les pauvres.

Au moment où tant de professeurs ont le souffle coupé du manque de discipline et de moyens, cela interroge

Tenir une œuvre éducative nécessite d’être comme un athlète de cirque sur une corde raide. Sans cesse en équilibre, tout en ayant ce souci de garder le cap de faire grandir, de construire des adultes libres et responsables. Au moment où en France, nos niveaux PYSA ne cessent d’interpeller, où tant de professeurs ont le souffle coupé du manque de discipline et de moyens, cela interroge. Pourquoi vouloir casser ce qui semble fonctionner à ce point ?

Mais quel est le lien avec le Vietnam et le collège Stanislas ?

Le matin où l’affaire Oudéa-Castéra est sortie dans la presse, nous avons été appelés chez Enfants du Mékong à soutenir des enfants du bidonville de Con Hen dans la ville de Hué, au Vietnam.

Des familles vivent sur une île prise régulièrement par les eaux. Les habitations des familles se restreignent à 10m² ; l’étroitesse des lieux ne permet pas de passer à 2. La seule possibilité pour ces familles de survivre est de collecter des coquillages et les vendre au jour au jour.

Oui, le paradoxe vécu cette semaine m’a coupé le souffle

Nous avons rencontré des familles courageuses ; là-bas, les parents survivent mais ne se plaignent pas. Ils désirent le meilleur pour leurs enfants, à savoir être instruits par l’école. Ceux qui savent lire & écrire en France cherchent parfois à ébranler des œuvres éducatives fécondes. Ceux qui ne savent ni lire ni écrire au Vietnam rêvent que leurs enfants aillent à l’école. Oui, le paradoxe vécu cette semaine m’a coupé le souffle. Nous avons des lieux exceptionnels d’éducation, et un taux d’alphabétisation qui reste immense. Nous allons parrainer une trentaine d’enfants du bidonville de Con Hen à Hué. A ceux qui croient en la force de l’école, nous cherchons une trentaine de parrains ou de marraines pour leur permettre d’aller à l’école.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don