Accueil
Épargne salariale : pourquoi ces entreprises de Haute-Loire y ont recours ?
Partager

Épargne salariale : pourquoi ces entreprises de Haute-Loire y ont recours ?

Un article rédigé par Cédric Bonnefoy - RCF Haute-Loire, le 28 mars 2024  -  Modifié le 28 mars 2024

Depuis plusieurs années, l'épargne salariale gagne du terrain dans les grandes entreprises de Haute-Loire. C'est l'occasion de rémunérer mieux les salariés. Mais aussi de les maintenir impliqués au maximum dans le projet.

L'entreprise Sabarot a mis en place progressivement l'épargne salariale. ©RCF Haute-Loire L'entreprise Sabarot a mis en place progressivement l'épargne salariale. ©RCF Haute-Loire
Mylène Pradier - l'épargne salariale se développe en Haute-Loire

L'épargne salariale est divisée en deux. D'une part l'intéressement, de l'autre la participation. Plus l'entreprise est performante et les salariés respectent certains critères, plus ils peuvent toucher de l'argent, en plus de leur salaire, à la fin de l'année. Par exemple, en Haute-Loire, l'entreprise Sabarot a mis en place ces dispositifs. « L'intéressement depuis 3 ou 4 ans, la participation depuis 2007 », explique Mylène Pradier, la DRH.

L'épargne salariale booste l'attractivité pour une entreprise


Proposer de l'épargne salariale est un avantage pour Mylène Pradier, surtout « lors des entretiens d'embauche ». La jeune génération est particulièrement attentive à ce genre d'avantages supplémentaires. Les profils plus seniors sont également intéressés. Aujourd'hui, la rémunération « est un package avec le salaire mensuel, l'intéressement, la participation ou encore la mutuelle », indique la directrice des ressources humaines de cette entreprise spécialisée dans les légumes secs. 


Pour avoir une idée, suivant la performance de Sabarot, les salariés peuvent toucher entre « 200 euros et un salaire complet en plus chaque année ». Une somme non négligeable pour l'ensemble des collaborateurs.
 

Une baisse des accidents du travail


Pour l'intéressement, « trois critères sont mis en place : il s'agit du nombre d'accidents du travail, de la rentabilité de l'entreprise et de l'évolution du chiffre d'affaires », indique Mylène Pradier. Parmi les effets bénéfiques observés au sein de Sabarot, une diminution importante du nombre d'accidents du travail. « On est passé de 18 il y a 5 ans à 6 en 2023 ».


Pourquoi ? Car avec une incidence sur l'intéressement, les salariés sont plus conscients des potentiels risques et font davantage attention. Sans oublier que « cela nous a permis de mettre en place des formations sur le sujet », ajoute la directrice des ressources humaines. Preuve de l'importance de l'épargne salariale dans l'attractivité d'une entreprise, certaines de Haute-Loire n'ont pas souhaité nous répondre car elles sont actuellement en pleine négociations annuelles obligatoires (NAO).
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don