Accueil
Une année record dans les services d’urgence en montagne
Partager

Une année record dans les services d’urgence en montagne

Un article rédigé par Violaine Rey - RCF Haute-Savoie, le 2 avril 2024  -  Modifié le 2 avril 2024
3 Questions à... · RCF Savoie Mont-Blanc Dans les hôpitaux de montagne, la saison hivernale a été synonyme de records

Si les difficultés d'enneigement pouvaient laisser imaginer une saison hivernale plus calme dans les services hospitaliers en montagne, il n'en a rien été. À Bourg-Saint-Maurice, les urgences ont même enregistré une augmentation de 10 % du nombre de passages par rapport à l'an dernier.
 

© Unsplash © Unsplash

Un déploiement de forces exceptionnelles

 

Chaque hiver, l'établissement de Bourg-Saint-Maurice connaît la même transformation : en plus des 300 membres du personnel présents toute l'année, médecins, infirmières et aide-soignants viennent renforcer l'équipe. « L'hôpital, de manière générale, se prépare à la tension liée aux sports d'hiver », explique le Dr Christophe Hoareau, médecin urgentiste et président de la commission médicale de l'établissement. « En revanche, ce à quoi nous ne nous attendions pas, c'est la fréquentation constante de la structure ».

Cette année, l'hôpital n'a connu aucun répit, même en dehors des périodes de vacances ou de week-end. Résultat : sur les mois de janvier et février, l'affluence aux urgences a bondi de 10 % par rapport à l'an dernier.

« Bourg-Saint-Maurice n'est pas seulement l'hôpital des jambes cassées »

 

Pour expliquer ce record, les professionnels avancent plusieurs arguments. « En raison de la diminution de l'enneigement dans les stations de moyenne et basse altitude, la plupart des amateurs de sports d'hiver se sont dirigés vers les stations de haute altitude qui nous entourent », explique le Dr Hoareau.
La Plagne, Les Arcs, Tignes, Val d'Isère, La Rosière, autant de grands domaines qui renvoient leurs blessés vers le site de Bourg-Saint-Maurice. Des blessés nombreux, en raison d'une qualité variable de la neige.

Mais ce n'est pas la seule explication avancée par les professionnels : les décompensations des pathologies liées à l'altitude conduisent également aux urgences. « Les infections pulmonaires, les simples grippes qui touchent les patients habitant des régions relativement plates », détaille le médecin urgentiste. « Lorsqu'ils arrivent en montagne, ils pensent que l'air pur va améliorer leurs symptômes, mais c'est exactement le contraire ! Plus on monte en altitude, moins il y a d'oxygène et plus les pathologies ont tendance à se décompenser ».
Si ce phénomène peut sembler anecdotique, à Bourg-Saint-Maurice, il conduit également à une forte affluence durant la saison hivernale.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don