Accueil
Un nouvel institut pour faire connaître les chrétiens d'Orient
Partager

Un nouvel institut pour faire connaître les chrétiens d'Orient

Un article rédigé par Pauline de Torsiac - RCF,  -  Modifié le 1 juillet 2021
Le dossier de la rédaction Un nouvel institut pour faire connaître les chrétiens d'Orient
Faire connaître les chrétiens d’Orient. C’est l’objectif d’un institut qui ouvrira ses portes à la rentrée. Quelle est sa vocation ? A qui s’adresse t-il ?
podcast image par défaut

C’est un projet soutenu par l’Oeuvre d’Orient. L’Institut chrétiens d’Orient ouvrira ses portes aux étudiants le 1er octobre prochain dans le 6ème arrondissement de Paris. Il sera dirigé par le professeur Antoine Fleyfel, philosophe et théologien franco-libanais. Il revient sur RCF sur la double vocation de cette nouvelle structure.
 

Informer sur la culture des chrétiens d'Orient

Informer sur la culture et l’environnement intellectuel et social des chrétiens d’Orient c’est important, alors que l’on sait qu’il y a eu une véritable hémorragie de ces communautés dans cette région du monde ces dernières années. Entre 2014 et aujourd’hui avec la guerre en Syrie et l'arrivée de Daech, plus d'un million de chrétiens d'Orient ont quitté des régions où leurs communautés vivaient depuis deux millénaires. Des chrétiens aujourd’hui minoritaires qui aspirent à obtenir une pleine citoyenneté dans leur pays. Une réalité douloureuse qui ne doit pas faire oublier le reste. Pour Antoine Fleyfel, il ne s’agit pas de tomber dans l’écueil de voir uniquement les chrétiens d’Orient sous l’angle de la persécution.

La création de cet institut intervient alors que le contexte régional est critique. Si l’on prend le cas de la Syrie, la population crie famine. Elle paie le lourd tribut d’une guerre qui dure depuis bientôt dix ans. Un tiers de la population est réfugiée, un autre tiers est déplacée à l’intérieur et le taux de paupérisation est énorme. Quant au Liban, il accuse le coup des mouvements populaires qui ont démarré à l’automne dernier. La valeur de la monnaie a complètement fondu. Le taux de chômage est très élevé, plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté. Cette situation accentuée par le confinement laisse craindre une escalade de la violence, comme le rappelle Mgr Pascal Gollnisch, directeur de l’Oeuvre d’Orient.
 

Un fonds de soutien aux écoles chrétiennes

Un contexte qui inquiète particulièrement la France. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, parle d'une situation “alarmante”. Le quai d’Orsay se dit préoccupé face à la profonde dégradation de la situation économique et sociale du pays et appelle les autorités libanaises à lancer les réformes.

Jean-Yves Le Drian a par ailleurs annoncé mercredi que la France allait mettre en œuvre un fonds de soutien aux écoles chrétiennes du Proche et du Moyen-Orient. Il sera opérationnel "dès cet été" car, sans aide, ces écoles ne pourront rouvrir à la rentrée. La création de ce fonds avait déjà été évoquée en janvier dernier par le président Emmanuel Macron, à l’occasion d’une visite à Jérusalem.
 

La vocation protectrice de la France

Cette proposition figurait dans le rapport sur le renforcement de l’action de la France dans la protection du patrimoine du Moyen-Orient et le soutien au réseau éducatif des communautés chrétiennes de la région. Un rapport rendu par Charles Personnaz, directeur de l’Institut national du patrimoine et bénévole à l’Œuvre d’Orient. Avec la mise en place de ce fonds, mais aussi avec la création d’un institut des chrétiens d’Orient à Paris, la France confirme sa vocation protectrice à l’égard des chrétiens d’Orient.

Pour plus d’informations sur les formation de l’institut des chrétiens d’Orient, un site Internet devrait être mis en ligne dans les prochains jours. Vous pouvez également envoyer un mail à cours.publics.ico@gmail.com. Les pré-inscriptions doivent se faire avant le 20 septembre.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don