Accueil
Réorganiser le système de santé: les soignants comptent sur notre civisme
Partager

Réorganiser le système de santé: les soignants comptent sur notre civisme

RCF,  -  Modifié le 27 juin 2021
Le dossier de la rédaction Réorganiser le système de santé: les soignants comptent sur notre civisme
Pour pouvoir accueillir les personnes atteintes par le Covid-19, les hôpitaux s'organisent. Le respect des mesures barrières fait partie intégrante du dispositif.
podcast image par défaut

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS : VOUS AVEZ LA PAROLE - Pour répondre à vos questions, vous permettre de témoigner ou de proposer des initiatives solidaires, RCF accorde désormais une large place à la libre antenne. Chaque matin, du lundi au vendredi, de 9h à 11h, et chaque soir (à partir de mardi) de 21h à 22h, nous vous proposons des rendez-vous exceptionnels où vous avez la parole. > En savoir plus
â–º Appelez le 04 72 38 20 23
â–º Écrivez à : emissionspeciale@rcf.fr 

 

Dans la région Grand Est une véritable course contre la montre est engagée pour combattre le Covid-19. La région fait partie de l’un des deux foyers épidémiques avec l’Oise. Partie d'un cas dans le Bas-Rhin, l'épidémie s'est accélérée de manière vertigineuse. Les personnels de santé sont mobilisés pour prendre en charge les patients chaque jour plus nombreux. Et les hôpitaux commencent à être au maximum de leurs capacités.
 

le respect des mesures barrières, un devoir civique

"Le plus important", insiste le Pr. Jean Sibilia, c'est de respecter les "procédures d'évitement, c'est-à-dire "la distanciation sociale et le confinement". Ces "méthodes barrières qui ont fait leur preuve en Chine et dans d'autres pays" permettent de "casser la dissémination du virus."

Le respect des mesures barrières - se laver les mains, rester à distance, porter un masque quand on a les symptômes - est "un devoir citoyen", rappelle le Pr. Sibilia. Les conséquences sur le travail des soignants sont directes : on le constate dans la région Grand Est.
 

Réorganiser le système de santé

Dans la région Grand Est une véritable course contre la montre est engagée pour combattre le Covid-19. Les hôpitaux commencent à être au maximum de leurs capacités. "Le chiffre augmente tous les jours, témoigne Christian Prudhomme, pour l'instant les premiers qui sont entrés en réanimation ne sont pas encore sortis." 

C'est donc tout un système de santé qu'il faut réorganiser, explique le Pr. Jean Sibilia. Pour trouver un maximum de places de réanimation, il faut déprogrammer des malades, et même utiliser "des réanimations post-chirurgicales pour en faire des soins intensifs". Pour assurer une bonne gestion de ce flux de personnes contaminées il faut préserver le personnel. "Il reste des problèmes d'accès aux masques pour le personnel de santé." Cinq millions de masques seront prochainement livrés au ministère de la Santé : ils proviennent des stocks de l'armée
 

L'armée mise à contribution

"Le nombre de personnes devant aller en réanimation va augmenter très considérablement dans les jours qui viennent et l'armée est mise à contribution de manière tout à fait remarquable." Pour l’évêque aux armées Mgr Antoine de Romanet "on est proche de la médecine de guerre" : "Aider les personnes à respirer alors que leurs poumons sont gravement atteints fait partie des spécialités du service de santé des Armées."

Des avions militaires équipés de kits Morphée (modules de réanimation pour patient à haute élongation d'évacuation) - soit des modules de réanimation - sont mis à disposition des populations civiles. L’installation d’un hôpital de campagne de l’armée a débuté à Mulhouse. Il devrait être opérationnel le 27 mars. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don