Accueil
Présidentielle américaine: "la cour suprême aura le dernier mot" sur le résultat, selon William Genieys
Partager

Présidentielle américaine: "la cour suprême aura le dernier mot" sur le résultat, selon William Genieys

Un article rédigé par Simon Marty - RCF,  -  Modifié le 5 novembre 2020
L'Invité de la Matinale Présidentielle américaine: "la cour suprême aura le dernier mot" sur le résultat, selon William Genieys
Au lendemain de l'élection présidentielle américaine, le résultat est impossible à définir. Les candidats prévoient des recours en justice en cas de défaite.
clay-banks-BY-R0UNRE7w-unsplash clay-banks-BY-R0UNRE7w-unsplash

Ce mercredi matin, au lendemain de l’élection présidentielle américaine, il est encore impossible de départager les deux candidats, Donald Trump et Joe Biden. Sur un éventuel pronostic, "je ne prendrai aucun risque car les sondages sont démentis par les résultats électoraux", assure William Genieys, en souvenir de la dernière élection dont les sondages donnaient Hillary Clinton gagnante. Politologue et directeur de recherche au CNRS, il revient sur les enjeux de ce scrutin.

Le vote par correspondance

Le résultat est rendu difficile car beaucoup d’Américains ont voté par correspondance, une méthode très encouragée à cause de l’épidémie de Covid-19 mais aussi un vote beaucoup plus long à dépouiller. Des enveloppes pourraient encore arriver dans les trois jours prochains et seront comptabilisés. Il faudra donc peut-être attendre encore davantage pour connaître le résultat final.

Contrairement à la France, c'est un suffrage universel indirect : les Américains votent pour des grands électeurs, qui sont nommés par les partis et dont le nombre dépend de la population de chaque État. Ces grands électeurs voteront pour le candidat républicain ou démocrate. Mais il y a toujours une incertitude. "Quand on ramène tout au niveau national, les grands États sont compensés par des petits États. Mis bout à bout, ça fait un décalage entre le vote de la population et le vote des grands électeurs", explique William Genieys. 

UN RISQUE DE FRAUDE ?

Durant sa campagne, Donald Trump avait annoncé des procédures pour contester le vote en cas de défaite. Un scénario semblable pourrait avoir lieu dans le camp démocrate. L’actuel président a toujours dénoncé le vote par correspondance, pourtant très répandu aux États-Unis, qu’il estime frauduleux sans jamais apporter de preuve à cette affirmation.

Mais dans une telle situation, "la cour suprême aura le dernier mot", explique William Genieys avant d’ajouter "Donald Trump a nommé 200 juges d'États pendant son mandat. Il a travaillé sur ses instances juridiques pour avoir un majorité de voix en cas de contentieux", analyse le politologue.

Ce qui est également à craindre, c’est une période de débordements et de manifestations, après le résultat. "Mais je pense qu’à la fin, la culture démocratique s’imposera. La raison des institutions l’emportera", affirme William Genieys selon qui la vraie question sera le temps nécéssaire pour un réconciliation. 

QUE CHANGERAIT UNE VICTOIRE DE JOE BIDEN ?

"Le résultat de l’élection aura énormément d’effet d’abord au niveau interne et international. Si Trump est élu, l’Amérique prendra la voie de l’isolationnisme et si Biden est élu il y aura un effet de réconciliation", explique William Genieys. Par contre, le politologue estime que le résultat du scrutin n’aura pas beaucoup d’effet pour l’Europe, excepté le retrait des Etats-Unis de l’OTAN, souvent annoncé par Donald Trump.

Si Donald Trump est réélu, en revanche, "ça va peut-être changer le regard" porté sur lui, estime William Genieys.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don