Accueil
Myriam Benraad: "il y a une accélération des colères à travers le monde"
Partager

Myriam Benraad: "il y a une accélération des colères à travers le monde"

Un article rédigé par Antoine Bellier - RCF,  -  Modifié le 17 juin 2020
L'Invité de la Matinale Myriam Benraad: "il y a une accélération des colères à travers le monde"
Invitée de La Matinale RCF, Myriam Benraad nous appelle à sortir des frontières de l'Hexagone, élargir le regard pour faire le point sur les révoltes citoyennes qui ont surgi dans le monde.
Myriam Benraad Myriam Benraad

Une prolongation des promesses non-tenues de la modernité

Pour Myriam Benraad, géopolitologue, auteur de "géopolitique de la colère" (éd. Cavalier Bleu) la colère est consubstantielle à la géopolitique. "J'essaie d'historiciser cette émotion. La colère est omniprésente. Si l'on revient sur l'histoire de cette émotion, elle n'est pas vécue de la même manière par les anciens, qu'elle l'est par les modernes et nos contemporains. Il y a une massification de la colère avec les Lumières et les révolutions industrielles. Ce qu'on vit aujourd'hui, c'est une prolongation des promesses non-tenues de la modernité" explique-t-elle au micro de RCF.

Pour cette chercheuse, la crise sanitaire que l'on vit actuellement va accroître cette colère. "L'urgence sanitaire émerge alors qu'en France par exemple, on est en pleine mobilisation sociale contre la réforme des retraites, et d'autres. Ailleurs dans le monde, il y a des explosions de colère : Chili, Bolivie, Venezuela. Il y a une question sociale non-résolue depuis deux décennies. Il en va de même dans le monde arabe où l'on a tiré des conclusions un peu trop tôt sur le printemps arabe. La crise sanitaire va aggraver les répercussions sociales, alors qu'il y a un rebond des contaminations" ajoute-t-elle.
 

Une accélération des colères dans un contexte de crise sanitaire

Face à cela, il n'y a pas de schéma clair de dialogue avec les gouvernements. "Il n'y a pas d'empathie face à la demande sociale qui est évoquée. Dans le pire des cas, il y a eu des répressions violentes, comme en Irak, ou au Chili. En France, les Gilets jaunes ont mené une confrontation ouverte avec les forces de l'ordre et le gouvernement. On a aussi instrumentalisé la colère dans des stratégies politiciennes, diplomatiques. C'est devenu le style des populismes. La colère est aussi un instrument aux mains des chefs d'Etat" lance la géopolitologue.

"Quand on parle de globalisation, qui est devenu un mot valise, cela va de paire avec l'idée du bonheur, de la félicité, de l'accomplissement de soi. On avait promis au peuple la fin du nivellement. En réalité, l'histoire n'est pas finie. Elle est devenue extrêmement violente. Il y a vraiment une accélération des colères à travers le monde dans un contexte de grande précarité lié au coronavirus, ce qui pose le décor pour la suite" conclut Myriam Benraad.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
L'Invité de la Matinale

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don