Accueil
Métaux rares: le CESE veut relancer l'exploitation minière en France
Partager

Métaux rares: le CESE veut relancer l'exploitation minière en France

RCF,  -  Modifié le 28 juin 2021
Le dossier de la rédaction Métaux rares: le CESE veut relancer l'exploitation minière en France
Les nouvelles technologies nécessitent d'importantes quantités de métaux rares. Nos réserves sont limitées, et leur extraction fait aujourd'hui l'objet de débats.
podcast image par défaut

Dans le monde, en l’état actuel des réserves, il reste 18 ans de chrome, 30 ans de nickel, et 38 ans de cuivre. Des métaux rares produits et exportés dans le monde à 95% par la Chine. En France, le Conseil économique social et environnemental (CESE) a publié le 22 janvier dernier un rapport sur la dépendance française aux métaux stratégiques. Le CESE préconise donc de relancer l'exploitation minière en France. Au cœur de ce sujet il y a l’enjeux de la transition énergétique.

Beaucoup de nouvelles technologies nécessitent des quantités importantes de métaux comme le lithium ou le cobalt pour les batteries, le cuivre pour les véhicules électriques, le tungstène pour les éoliennes et l’aérospatiale… Pour Philippe Saint Aubin, rapporteur du texte au CESE, il faut sécuriser l’approvisionnement de l’industrie française en métaux stratégiques dans une logique d’écoconception.

Le rapport du CESE précise qu’il ne faut ne pas considérer la relance de l’exploitation minière en France comme un tabou. Mais pour cela, l'Etat doit d'abord réformer le code minier qui date de Napoléon afin qu'il intègre les nouvelles problématiques sociales et environnementales. L’enjeu, c’est le recyclage des métaux stratégiques. Il faut que la France soit capable de conserver la matière en appliquant les principes de l’économie circulaire, rappelle Philippe Saint Aubin.
 

Relancer les mines est illusoire, pour les associations

Une proposition qui irrite les associations. Pour Alma Dufour, chargée de campagne extractions et surconsommation de l’association les Amis de la Terre, envisager le recyclage des métaux extraits de mines françaises est illusoire.

Alma Dufour rappelle que les préconisations du CESE n’auront aucun impact sur les pays comme la Chine ou la République démocratique du Congo qui sont très dépendants du marché des métaux stratégiques.


 

Des biens publics de l'humanité

Le Cese préconise pourtant de mener une “action diplomatique renforcée” auprès des pays producteurs afin de sécuriser les approvisionnements. Il souhaite d’ailleurs d’intégrer dans la politique douanière un contenu matière comme le contenu carbone. Le CESE estime même qu’il faut désormais concevoir la gestion des ressources en métaux comme des biens publics mondiaux de l’humanité. Aujourd’hui, l’extraction des métaux stratégiques se fait dans des conditions très difficile. C'est ce que rappelle Guillaume Pitron, Auteur du livre "La guerre des métaux rares, la face cachée de la transition énergétique et numérique".

 

D'après une étude de l'OCDE, la consommation de métaux stratégiques devrait passer de 7 à 19 milliards de tonnes par an d’ici 2060.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Le dossier de la rédaction © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Le dossier de la rédaction

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don