Accueil
RCF Les vitraux, l'art d'une divine lumière
Partager

Les vitraux, l'art d'une divine lumière

Un article rédigé par Yves Thibaut - 1RCF Belgique, le 28 février 2023  -  Modifié le 17 juillet 2023
16/17 Les vitraux, l'art d'une divine lumière

Comment préserver aujourd'hui nos vitraux paroissiaux ? Bernard Tirtiaux, vitrailliste contemporain, et Vinciane Groessens, responsable de la communication du Cipar (centre interdiocésain pour la préservation du patrimoine et des arts religieux) évoquent cet art subtil qui permet de contempler une divine lumière...

©Pixabay ©Pixabay

Prenez-vous le temps de regarder les vitraux en entrant dans une église, par exemple ? Comment ces pièces de verre fragiles résistent-elles au temps ? Quelle est la place de l'art verrier en Belgique ? Autant de questions auxquelles répondent Bernard Tirtiaux, maître verrier et écrivain, et Vinciane Groessens, responsable de la communication du CIPAR (centre inter-diocésain du patrimoine et des arts religieux). C'est l'occasion de parler d'une journée d'étude sur le vitrail qui se déroulera le samedi 25 mars 2023 à l'Arsenal à Namur. "Observer, comprendre et conserver les vitraux ds églises paroissiales" sera le thème de cette journée. 

 

La place de la lumière 

 

Bernard Tirtiaux est tombé amoureux des vitraux dans le courant de sa scolarité à l'abbaye de Maredsous. La chapelle de l'internat a été pour lui une grande source d'inspiration. Dès cet instant de coup de foudre artistique, il a pris conscience de la place de la lumière dans sa vie. 

 

La lumière est la première invitée. C'est dans la lumière que je vais chercher réponse à tout. 

 

La lumière ne l'a plus jamais quitté. Il devient maître-verrier et réalise régulièrement des oeuvres contemporaines pour des églises, à l'exemple d'un chef-d'oeuvre pour la paroisse Saint-Nicolas à Mons. 

 

Un patrimoine fragile 

 

Vinciane Groessens insiste beaucoup sur l'importance de cette journée d'étude sur le vitrail, qui permettra de souligner l'importance de son entretien, voire de sa restauration. Si la plupart des églises du pays datent du 19e siècle, les plus anciennes oeuvres religieuses en verre en état d'origine sont très rares aujourd'hui. La France, elle, contient encore des pièces uniques à l'instar du vitrail de l'Ascension dans la cathédrale du Mans, dont les experts remontent les origines à 1120. 

 

Le vitrail n'existe que par la lumière.

 

Les difficultés de la conservation de ces oeuvres sont liées notamment au vandalisme, ou aux projections involontaires d' éléments qui causent des éclats qui finissent par se diffuser dans l'entièreté du vitrail. C'est dans l'observation et la rapidité de la prise en charge que l'oeuvre pourra être restaurée.

 

Il existe en Belgique 18 ateliers de restauration et de création contemporaine. Voilà l'occasion de rappeler que les vitraux sont bien des éléments d'une église pour lesquelles des restaurations contemporaines sont encore possibles aujourd'hui... 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Le 16/17 © tous droits réservés
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
16/17

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don