Accueil
​“L’éducation intégrale est une ressource pour affronter la crise”, selon François Moog
Partager

​“L’éducation intégrale est une ressource pour affronter la crise”, selon François Moog

RCF,  -  Modifié le 22 septembre 2020
L'Invité de la Matinale ​“L’éducation intégrale est une ressource pour affronter la crise”, selon François Moog
L'éducation intégrale donne des ressources pour mieux appréhender les difficultés de la crise sanitaire. C'est ce qu'explique le théologien François Moog.
Clara Gabillet Clara Gabillet

La rentrée scolaire a eu lieu depuis déjà plusieurs semaines, dans des conditions difficiles liées à la crise sanitaire. L’éducation intégrale, qui envisage l’être humain dans son entièreté, serait une ressource pour affronter ces difficultés. C’est l’un des enjeux au coeur de "Education intégrale, les ressources éducatives du christianisme" (Salvator), le dernier livre de François Moog, théologien et directeur de l'Institut supérieur de pastorale catéchétique.

La notion d’éducation intégrale a été inspirée par le philosophe Jacques Maritain, un ami personnel de Paul VI qui était ainsi très lu par les évêques grâce à sa proposition sur l’humanisme intégral. 

L’éducation intégrale face à la rupture

Parler d’éducation intégrale "c’est proposer une analyse de la situation présente autour de la formule du pape François : 'tout est lié'. Il faut donc essayer de comprendre comment on en est venu à penser les choses de façon disjointe", selon François Moog. 

La notion d’éducation intégrale s'oppose à celle de rupture. François Moog prend l’exemple de la Première guerre mondiale qui "a été un choc culturel majeur. On s’est mis à douter de notre capacité à vivre ensemble dans un monde de paix. Il y a eu des efforts majeurs pour recréer du commun".

Pour autant, si l’éducation intégrale est liée à la connaissance du projet de Dieu, doit-elle se limiter aux instances d'éducation chrétiennes ? Pas nécessairement. "Quand on parle d’éducation intégrale, on parle de ce qu’il se passe dans toutes les instances d’éducation", affirme François Moog. 

Une capacité de transformation

Il faut également interroger la forme que prend l’éducation intégrale. "La question de la forme est très importante parce qu’on pourrait s’attendre à ce que la foi se présente sous la forme d’un discours. Mais la forme de la foi qu’il faut privilégier quand on veut parler d’éducation intégrale, c’est sa capacité à transformer les pratiques", explique le théologien. 

Un rempart face à la crise ?

Mais attention, il ne faut pas voir l’éducation intégrale comme un rempart. "Il ne peut pas s’agir de se protéger des crises. Dans le cadre de la foi comme ressource éducative, elle ne va pas nous protéger. Mais elle va donner des ressources qui vont permettre de transformer la manière dont nous agissons" pour mieux appréhender les crises, conclut François Moog.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don