Accueil
Couvre-feu à 18h: "C'est une situation sociale dramatique", selon Yannick Jadot
Partager

Couvre-feu à 18h: "C'est une situation sociale dramatique", selon Yannick Jadot

Un article rédigé par Simon Marty - RCF,  -  Modifié le 15 janvier 2021
L'Invité de la Matinale Couvre-feu à 18h: "C'est une situation sociale dramatique", selon Yannick Jadot
L'eurodéputé écologiste alerte sur les conséquences sociales du couvre-feu, notamment pour les commerçants et les étudiants.
Clara Gabillet Clara Gabillet

Pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, le gouvernement a opéré un tour de vis. Dès ce samedi, le couvre-feu sera avancé à 18h, deux heures plus tôt qu'actuellement, sur tout le territoire métropolitain. Un retour partiel dans les universités pour les étudiants de première année est également prévu. Yannick Jadot, eurodéputé Europe Ecologie Les Verts (EELV), réagit à ces nouvelles annonces, qui pourraient causer du tort notamment aux commerçant.

Un "retard coupable" sur la vaccination

Plus de 318.000 Français ont été vaccinés depuis le lancement de la campagne. Dès lundi, ce vaccin sera élargi "aux personnes, quel que soit leur âge, présentant une pathologie conduisant à un très haut risque de forme grave de la maladie", a expliqué jeudi le premier ministre Jean Castex. Toujours est-il que ce retard est coupable selon Yannick Jadot. "On voit qu’on est toujours en grande difficulté dès qu’il s’agit de logistique dans notre pays. On a pris du retard sur la vaccination. Ce retard est coupable. On ne peut pas dire que chaque jour compte et prendre 15 jours de retard", estime Yannick Jadot. 

L’eurodéputé se félicite du rôle qu’a joué l’Union européenne dans la coordination de la vaccination. "Merci l’Europe ! L’Europe fait son boulot, même si on peut toujours espérer qu’il y ait plus de vaccins", lâche Yannick Jadot. "Il va falloir se vacciner pour qu’on sorte de cette épidémie terrible", ajoute-t-il, estimant que les chercheurs qui ont conçu le sérum sont des "sauveurs"

Des vies sclérosées

Cette épidémie cause également de plus en plus de tort aux étudiants. Deux étudiants ont tenté de mettre fin à leurs jours en une semaine à Lyon. Jeudi, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur et la Recherche, a annoncé que ceux de première année allaient pouvoir assister à leur travaux dirigés par demi-groupe en présentiel. "Ce sont des vies sclérosées, alerte Yannick Jadot, qui a un fils étudiant en première année. On leur promet le dérèglement climatique, le remboursement de la dette, c’est dramatique. On a autre chose à offrir à notre jeunesse."

Pour lui, la solution est de leur donner des perspectives d’emploi notamment dans le secteur de l’écologie, un secteur d’avenir. Pour les écoles, où les activités sportives et extrascolaires sont désormais suspendues, Yannick Jadot propose des demi-journées pour les enfants à l’école, et le reste de la journée où des groupes pourraient aller dans des musées ou assister à des pièces de théâtre par exemple.  

Le couvre-feu à 18h, particulièrement difficile pour les commerçants

Le couvre-feu à 18h entrera en vigueur samedi soir en France. Une situation particulièrement difficile pour les commerçants et les restaurateurs. "Pour tous ces métiers, c’est toute leur vie qui est massacrée. Il suffit pas simplement de compenser financièrement", regrette Yannick Jadot. Pour lui, "c’est une situation sociale dramatique"

Mais Yannick Jadot reste optimiste. "Ma responsabilité politique, c’est de faire en sorte que tout ce qui va bien soit au cœur des politiques publiques. Il faut un État stratège puissant, mais il faut pas un dirigisme d’État", conclut-il.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don