Accueil
Ce qu'il faut retenir de l'Assemblée des évêques de Lourdes
Partager

Ce qu'il faut retenir de l'Assemblée des évêques de Lourdes

Un article rédigé par Etienne Pépin - RCF,  -  Modifié le 24 juin 2021
Le dossier de la rédaction Ce qu'il faut retenir de l'Assemblée des évêques de Lourdes
Les évêques de France étaient réunis à Lourdes cette semaine pour leur assemblée plénière de printemps. Une réunion cruciale pour eux, où ils ont élu leur nouveau président.
podcast image par défaut

Mgr Eric de Moulin-Beaufort, l’archevêque de Reims a donc été élu président de la Conférence des Evêques de France mercredi dernier à Lourdes. Une élection dans un contexte de crise de l’Eglise et de crise pour la société… Lors de son discours d’introduction, Mgr Pontier qui présidait cette rencontre pour la dernière fois, a évoqué les défis de "l’Eglise en malaise" au cœur d’une société fragilisée par "un climat d’incertitude et d’inquiétude".
 

Un point d'étape sur la pédocriminalité

C’est donc dans cette ambiance que Monseigneur de Moulins-Beaufort, l’archevêque de Reims a été élu président de la Conférence des Evêques de France. C’est un jeune évêque, il a 57 ans. Docteur en Théologie et diplômé de Science Po, il a été pendant 10 ans évêque auxiliaire de Paris. Il faisait partie de favoris, pour sa détermination à lutter contre les abus sexuels dans l’Eglise. Dossier dont il était en charge à Paris et qu’il devra poursuivre à la tête de l’épiscopat français. Il est très déterminé, c’est une priorité de son mandat.

À Lourdes cette semaine, les évêques de France ont justement fait un point d’étape sur le travail engagé contre la pédocriminalité dans l’Eglise. En plus du lancement de la commission d’enquête indépendante présidé par Jean-Marc Sauvé, le processus annoncé lors de la dernière assemblée des évêques en novembre dernier a été mis en œuvre. Mais les évêques ont voulu adresser un message de soutien aux prêtres car ils sont dorénavant confrontés à la méfiance et aux soupçons…
 

Les jeunes et la bioéthique

Mardi 2 avril, c’était le jour de la publication de l’exhortation apostolique sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel "christus vivit" du pape François. L’occasion pour les évêques de recevoir des jeunes dans leur assemblée. Dans la dynamique du synode et parce que le pape dit d’eux qu’ils sont "l’aujourd’hui de l’Eglise", plusieurs jeunes aux engagements divers sont venus parler aux évêques de leur foi, de leurs rêves mais aussi de leurs doutes. 

Cette semaine, les évêques ont aussi travaillé sur des questions de bioéthique et en particulier sur l’intelligence artificielle avec des experts du sujet : Jean-Gabriel Ganascia chercheur en sciences cognitives et Pierre Giorgini président-recteur de l'université catholique de Lille. Alors que le débat parlementaire se prépare pour la révision de la loi de bioéthique en France, les évêques se sont interrogés sur les limites du progrès technique pour le bien de l’homme.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Le dossier de la rédaction © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Le dossier de la rédaction

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don