Accueil
Blocages à Alençon : les manifestants se sentent méprisés par Emmanuel Macron
Partager

Blocages à Alençon : les manifestants se sentent méprisés par Emmanuel Macron

Un article rédigé par Aurélien Vurli - RCF Orne, le 23 mars 2023  -  Modifié le 3 novembre 2023
Journal normand Point sur les blocages en Normandie

Une quarantaine de syndicalistes ont bloqué le rond-point de la Pyramide jeudi 23 mars à Alençon. Les manifestants ont écouté l’intervention du président de la République sur TF1 et France 2 la veille. Ils ressentent que le pouvoir les méprise. 

Ils se sont donnés rendez-vous à 7 heures du matin pour bloquer le rond-point (©Aurélien Vurli/RCF ORNE) Ils se sont donnés rendez-vous à 7 heures du matin pour bloquer le rond-point (©Aurélien Vurli/RCF ORNE)

Les premiers arrivent dès 7 heures, comme prévu, pour bloquer l'entrée de ce carrefour important de la ville-préfecture de l’Orne. Au rond-point de la Pyramide, à Alençon, de nombreux syndicats installent des palettes sur la route. Plus de drapeaux que de manifestants à cette heure. Ils affichent leurs motivations sur des feuilles A4, scotchés entre les arbres : « 49-3, c’est NON » ; « 64 ans c’est NON ». 

 

Ce neuvième jour de mobilisation contre la réforme des retraites se déroule le lendemain de l’intervention du président de la République sur France 2 et TF1. Les manifestants ont, pour la plupart, écouté des extraits ou lu les propos d’Emmanuel Macron la veille. Pour eux, le président a méprisé le mouvement social en cours dans le pays.

 

©Aurélien Vurli/RCF ORNE

 

« Macron a un profond mépris pour ceux qui luttent », résume Christine Coulon, militante féministe. « Il nous a traités de factieux, il renvoie aux trumpistes qui ont envahit le Capitole. C’est une vraie déclaration de guerre. » La militante du NPA se lasse que les « mobilisations massives » ne suffisent pas et qu’il faille « radicaliser » le mouvement social pour faire reculer l’exécutif sur la réforme des retraites. Comment ? Symboliquement, les manifestants étalent des poubelles sur le rond-point. 

 

Journal normand Christine Coulon : « Macron a un mépris de ceux qui travaillent »

Les syndicalistes présents sont choqués de l’attitude du chef de l’Etat face à leurs organisations. « Il a trouvé le moyen de dire que les syndicats n’avaient pas fait de propositions », se désole une représentante de la CFE-CGC. Quelques gouttes tombent. La pluie balaie les scotchs et les palettes qui bloquent l’accès au rond-point. Mais elles n’éteignent pas leur motivation : « Le président n’a pas calmé les choses ! ».

 

©Aurélien Vurli/RCF ORNE
©Aurélien Vurli/RCF ORNE
Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don