Hayastan @Guillaume Hénault-Morel

Hayastan

Ils ont tous à peu près l’âge de la République d’Arménie, 30 ans, mais certains craignent qu’elle ne dure pas aussi longtemps qu’eux.. Comment se projeter surplace avec des pays voisins qui les menacent ? Comment être utile pour son peuple ? Quelle place pour l’espérance ? Hayastan, traduction d’Arménie en langue locale, vous invite à découvrir le parcours et les projets de cette jeunesse francophone qui, à plus de 4000 km d’ici, a fait le choix d’une vie en Arménie. 

Partager
S'abonner

Episodes

  • Eric Hacopian @Guillaume Hénault-Morel

    Comprendre la situation en Arménie : entretien avec Eric Hacopian (en anglais)

    21 janvier 2022

    Analyste politique, Eric Hacopian est aussi, par son parcours, le reflet des Arméniens d’aujourd’hui. Il nait à la fin des années 1960 en Iran, sa famille rejoint ensuite les États-Unis où il sera consultant politique pendant plus de vingt-cinq ans. En 2017, il décide de s’installer en Arménie et devient un contributeur régulier pour Civilnet, un média numérique indépendant. Chaque semaine, il revient sur les actualités marquantes du pays dans le programme Insights with Eric Hacopian. Pour RCF, il analyse l’année que vient de vivre l’Arménie et se projette sur ses principaux défis.

  • Nelly Poliakov @Guillaume Hénault-Morel

    « J’ai fait de l’Arménie ma mission de vie »

    20 janvier 2022

    Son bureau se trouve à deux pas de la place République, en plein centre d’Erevan. Nelly Poliakov s’est installée en Arménie quelques jours avant la crise du Covid. Six mois plus tard, elle vivait la guerre de l’Artsakh depuis la capitale avec ces dizaines de portraits de jeunes soldats disparus déposées chaque jour dans les rues par leurs parents. Après ce conflit, elle assure  faire de l’Arménie sa « mission de vie » en incitant des volontaires à venir s’investir pour travailler à la reconstruction du pays .

  • Ani Paitjan @Guillaume Hénault-Morel

    « C’est comme un enfant, tu l’aimes dans son entièreté »

    20 janvier 2022

    L’histoire d’Ani Paitjan est celle d’une vocation. Depuis son enfance, elle n’a qu’un souhait : devenir journaliste. Ce voeu se mêle par la suite avec un appel de ses origines. Née à Erevan à la fin des années 1980, elle grandit et se forme en Belgique. Quand se présente l’opportunité de travailler pour un média indépendant en Arménie, elle la saisit. Quelques années plus tard, elle se retrouve à couvrir surplace la guerre de l’Artsakh. Elle prend aujourd’hui le pouls d’une société arménienne fatiguée et qui s’interroge. Des questionnements qui la traversent elle-même. 

  • Paty Tanielyan @Guillaume Hénault-Morel

    «  Pour la première fois de ma vie, j’avais l’impression d’être au bon endroit »

    20 janvier 2022

    La guerre de l’Artsakh a créé en elle une combinaison d’émotions qu’elle n’avait jamais ressentie. Paty Tanielyan était pourtant bien intégrée dans son rythme de vie parisien: photographe de mode mais aussi gérante d’une boutique de gâteaux avec sa maman dans la capitale. L’appel de l’Arménie s’impose à elle et Paty ne le regrettera pas. Depuis un peu plus d’un an, elle partage son talent pour l’image au service d’organisations et d’associations qui s’emploient pour un avenir meilleur. 

  • Matthieu Sahakian @Guillaume Hénault-Morel

    « Une connexion dans le bonheur et la douleur »

    20 janvier 2022

    La café arménien vient d’être servi sur la table de sa cuisine en ce milieu de matinée. Ce ne sera pas sa seule tasse de la journée. Matthieu Sahakian a un emploi du temps à rallonge. Il travaille surtout la nuit, pour le développement d’une entreprise arménienne de software sur le marché sud-américain. Le jour, il s’investit pour All For Armenia, une association qu’il a co-créé pour venir en aide à la population de la région du Syunik, dans le sud-est de l’Arménie, où de nombreux réfugiés de l’Artsakh sont accueillis. L’annonce, la veille de l’entretien, de nouveaux combats dans cette zone, rappelle que ce conflit n’est pas terminé. 

Vous avez parcouru 5 épisodes sur 5

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don