Accueil
« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)
Partager

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)

Un article rédigé par Girard Magali (Pasteure) (61170) - RCF, le 24 décembre 2023  -  Modifié le 24 décembre 2023
Prière du matin « Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils » (Lc 1, 26-38)

« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils »

Méditation de l'évangile (Lc 1, 26-38) par la Pasteure Magali Girard

Chant final : "Laisse-toi guider" par Glorious

benny-jackson-UNSPLASH benny-jackson-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »
À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.
Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
Car rien n’est impossible à Dieu. »
Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »

Alors l’ange la quitta.

Source : AELF

Méditation Pasteur Magalie Girard

Le récit de Noël commence ainsi, par deux oui. Ce récit, qui est devenu notre histoire, l’histoire de l’église mais aussi celui de notre culture, notre histoire à nous donc débute avec ce dialogue étrange et extraordinaire où se rencontrent la confiance de Dieu en Marie et la confiance de Marie en Dieu.

La semaine qui s’ouvre nous accueille par une double ouverture. Marie ouvre sa vie à l’impossible. Impossible en effet d’imaginer cet évènement contre nature, contre son expérience, contre la sagesse humaine et la connaissance accumulée depuis des générations !

L’évènement annoncé est inimaginable et va boulverser sa vie de manière définitive. Mais si l’évangéliste nous la racontre c’est pour nous transmettre la bonne nouvelle d’une rencontre initiée par Dieu contre les habitudes et les connaissances même religieuses à son propos.

Il n’est pas le dieu éloigné de sa création, surveillant de loin pour récompenser et punir et n’intervient pas seulement par la puissance des armées. Il est le Dieu qui chemine avec son peuple, qui investit sa puissance et son amour dans la vie d’une seule femme. Avec lui, ce qui est extra ordinaire et contre nature devient bonne nouvelle.

Eveillons donc nos coeurs et nos esprits à ce qui nous paraît impossible, à ce qui nous semble incompréhensible parce qu’avec le Seigneur c’est une ouverture vers une histoire nouvelle. Marie nous encourage à ouvrir à notre tour la porte à l’inattendu et sa confiance nous invite à ne pas tout juger à l’aune de ce qui nous paraît raisonnable. Il y a peut-être là, dans la folie d’un évènement une promesse de vie donnée sans que nous en ayons encore conscience. Lorsque nous ne comprenons pas les engagements de nos enfants, lorsqu’un mode de vie est choisi qui nous paraît déraisonnable, lorsqu’un boulversement est annoncé nous pouvons nous souvenir de Marie. Une jeune femme bientôt mère sans avoir connu d’homme, qui pourrai la croire ? Le Seigneur s’engage pourtant avec elle. Cette étrange histoire qu’elle raconte ? Qui pourrai la croire. Le Seigneur pourtant lui fait confiance. Cette vie difficile qu’elle se prépare, qui pourrai l’y suivre ? Le Seigneur pourtant la lui demande et son coeur s’ouvre à cette nouveauté qui vient boulverser sa vie, à elle. Pendant cette semaine de Noël ouvrons nos coeurs pour reçevoir la bonne nouvelles de celles et ceux qui nous inquiètent et nous dérangent, celles et ceux que nous ne comprenons pas, celles et ceux qui boulversent leur vies. Lorsque la nouveauté et le changement se font accueil de la vie, alors ils sont une promesse de Dieu qui chemine avec nous.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don