Accueil
« L’Époux est avec eux » (Mc 2, 18-22)
Partager

« L’Époux est avec eux » (Mc 2, 18-22)

Un article rédigé par Pasteur Jean-Pierre Sternberger (50973) - RCF, le 15 janvier 2024  -  Modifié le 15 janvier 2024
Prière du matin « L’Époux est avec eux » (Mc 2, 18-22)

« L’Époux est avec eux » (Mc 2, 18-22)

Méditation de l'évangile (Mc 2, 18-22) par le Pasteur J.P. Sternberger

Chant Final : "Jesu dulcis memoria" de Tómas Luis de Victoria

alexandra-seinet alexandra-seinet

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là,
    comme les disciples de Jean le Baptiste et les pharisiens jeûnaient,
on vint demander à Jésus :
« Pourquoi, alors que les disciples de Jean
et les disciples des Pharisiens jeûnent,
tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
    Jésus leur dit :
« Les invités de la noce pourraient-ils jeûner,
pendant que l’Époux est avec eux ?
Tant qu’ils ont l’Époux avec eux,
ils ne peuvent pas jeûner.
    Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ;
alors, ce jour-là, ils jeûneront.

    Personne ne raccommode un vieux vêtement
avec une pièce d’étoffe neuve ;
autrement le morceau neuf ajouté tire sur le vieux tissu
et la déchirure s’agrandit.
    Ou encore, personne ne met du vin nouveau
dans de vieilles outres ;
car alors, le vin fera éclater les outres,
et l’on perd à la fois le vin et les outres.
À vin nouveau, outres neuves. »

Source : AELF

Méditation  Pasteur J.P. Sternberger

J’ai toujours pensé que la question posée à Jésus portait sur le fait que ses disciples ne jeûnaient pas quand ceux de Jean et des Pharisiens le faisaient. Mais, curieusement, c’est le contraire dans le texte de l’évangile, car la question porte sur le jeûne des disciples de Jean et des pharisiens : « pourquoi jeûnent-ils, demande-t-on à Jésus, alors que tes disciples ne jeûnent pas ? »

Jésus ne répond pas à la question qui lui est posée. Il fait comme s’il était normal de jeûner et qu’il fallait trouver une excuse ou tout au moins une explication pour ne pas le faire. Il répond comme s’il fallait donner une raison au fait de manger.

 Il est vrai que ce qui se passe chaque jour, ce que nous apprenons chaque matin et ce matin encore devrait nous pousser à prier, implorer, et même à jeûner devant Dieu et le monde pour dire notre colère, notre tristesse, et la désolation qui peut être la nôtre. Comment ce qui se passe dans le monde ne nous coupe-t-il pas l’appétit ?  

Sans doute, mais nous sommes aussi, dit Jésus, les invités à un mariage. Dans ce monde en perpétuelle crise, le fils de Dieu vient épouser l’humanité. Il nous faut partager son repas tout en comprenant que d’autres préfèrent jeûner.

En ce jour de manque pour bien des familles de la terre, nous pouvons partager ce qui nous est donné de pain et d’amour.

Toi, Seigneur Jésus, tu es toi-même le pain rompu dont le monde a faim. amen

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don