Accueil
"L’autre disciple courut plus vite que Pierre ..." (Jn 20, 2-8)
Partager

"L’autre disciple courut plus vite que Pierre ..." (Jn 20, 2-8)

Un article rédigé par Père François Lestang (50793) - RCF,  -  Modifié le 28 décembre 2021
Prière du matin "L’autre disciple courut plus vite que Pierre ..." (Jn 20, 2-8)

"L’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau"

Méditation de l'évangile (Jn 20, 2-8) par le père François Lestang

Chant final: "Roi des Rois" par Hilssong en français

alexandra-seinet alexandra-seinet

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Le premier jour de la semaine,
Marie Madeleine courut trouver Simon-Pierre et l’autre disciple,
celui que Jésus aimait,
et elle leur dit :
« On a enlevé le Seigneur de son tombeau,
et nous ne savons pas où on l’a déposé. »
Pierre partit donc avec l’autre disciple
pour se rendre au tombeau.
Ils couraient tous les deux ensemble,
mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre
et arriva le premier au tombeau.
En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ;
cependant il n’entre pas.
Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour.
Il entre dans le tombeau ;
il aperçoit les linges, posés à plat,
ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus,
non pas posé avec les linges,
mais roulé à part à sa place.
C’est alors qu’entra l’autre disciple,
lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.

Source : AELF

Méditation Père François Lestang

Il y a deux jours, dans la nuit de Noël, les bergers s’étaient empressés d’aller vers la mangeoire où reposait l’enfant nouveau-né. L’ange leur avait dit : « le Sauveur est né », et ils étaient accourus. Les bergers avaient fait confiance à la parole du messager, environné de lumière et des troupes célestes qui proclamaient la gloire de Dieu. Ils avaient raconté ce que l’ange leur avait dit, provoquant l’émerveillement de beaucoup.

En ce petit matin de la résurrection, au sortir de la nuit, deux des disciples courent vers le lieu où reposait le corps crucifié de leur maître. Il y a Simon-Pierre, le frère d’André, fidèle parmi les fidèles. Et puis il y a cet autre disciple, celui dont l’évangéliste ne nous dit pas le prénom. Il est seulement caractérisé par l’amour que Jésus a pour lui. La tradition y voit l’apôtre Jean, frère de Jacques. Cet autre disciple court plus vite que Pierre, peut-être à cause justement de cet amour dont il était aimé par Jésus. Quand on aime, comment ne pas courir vers celui qui nous aime, surtout si les nouvelles semblent inquiétantes ?

Une fois au but, il laisse la priorité à Pierre, et rentre après lui dans ce lieu si différent de la mangeoire. Ici, pas de vie, comme celle d’un nouveau-né enveloppé dans des langes, mais au contraire le silence de mort d’une absence, et des linges bien pliés. Celui qui est parti a même pris le temps de mettre les choses en ordre.

Alors, s’étant laissé précéder par un autre, et voyant, le disciple aimé de Jésus croit. Ce qui était annoncé comme « on a enlevé le Seigneur » devient, pour lui, « le Seigneur s’est relevé ». Sa vie désormais se passera à témoigner de ce qu’il a vu, de ce qu’il a cru.

Seigneur, donne-moi d’accueillir en ce matin le témoignage de tes apôtres, qui me précèdent, pour oser proclamer à tous ceux qui attendent cette bonne nouvelle que la vie s’est manifestée comme étant, définitivement, la plus forte.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don