Accueil
« À cette génération il ne sera donné que le signe de Jonas" (Lc 11, 29-32)
Partager

« À cette génération il ne sera donné que le signe de Jonas" (Lc 11, 29-32)

Un article rédigé par Baujard Monique (59821) - RCF, le 21 février 2024  -  Modifié le 21 février 2024
Prière du matin « À cette génération il ne sera donné que le signe de Jonas" (Lc 11, 29-32)

« À cette génération il ne sera donné que le signe de Jonas le prophète » (Lc 11, 29-32)

 

Méditation de l'évangile (Lc 11, 29-32) par Monique Baujard

 

Chant Final " Vers toi, j'élève mon âme " par l'EMMANUEL

michal-bielejewski-UNSPLASH michal-bielejewski-UNSPLASH

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
comme les foules s’amassaient,
Jésus se mit à dire :
« Cette génération est une génération mauvaise :
elle cherche un signe,
mais en fait de signe
il ne lui sera donné que le signe de Jonas.
Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ;
il en sera de même avec le Fils de l’homme
pour cette génération.
Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera
en même temps que les hommes de cette génération,
et elle les condamnera.
En effet, elle est venue des extrémités de la terre
pour écouter la sagesse de Salomon,
et il y a ici bien plus que Salomon.
Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront
en même temps que cette génération,
et ils la condamneront ;
en effet, ils se sont convertis
en réponse à la proclamation faite par Jonas,
et il y a ici bien plus que Jonas. »

Source : AELF

Méditation   Monique Baujard

Pour comprendre le passage de l’Evangile selon Saint Luc que nous venons d’entendre, il faut savoir que quelques versets auparavant, Jésus a fait sortir un démon d’un homme muet. L’homme a retrouvé aussitôt l’usage de la parole et la foule s’est émerveillée. Mais certains restent incrédules et veulent mettre Jésus à l’épreuve. Ils réclament « un signe du ciel », c’est-à-dire un signe de Dieu. C’est contre ces personnes que Jésus réagit avec véhémence en affirmant que « cette génération est mauvaise ». Il rappelle alors deux exemples célèbres où la parole d’un homme inspiré de Dieu a été reçue. La parole de Jonas à Ninive avait provoqué la conversion immédiate de la population et la sagesse de Salomon avait été accueillie sans réserve par la reine de Saba. La présence de Jésus, qui offre bien plus que Jonas ou Salomon, aurait pu emporter l’adhésion de tous. Pourtant, elle ne suffit pas à convaincre tout le monde. Pourquoi Jésus, qui dans d’autres circonstances se montre patient avec ceux qui sont lents à croire, s’énerve-t-il ici contre ceux qui n’accueillent pas sa parole ? Probablement parce qu’il s’agit des pharisiens et des légistes qui ont une responsabilité particulière. Ce sont eux qui enseignent le peuple, qui le guident. Ils connaissent la loi et les prophètes sur le bout des doigts. Mais ils restent indifférents à la présence de Jésus, ils sont incapables d’y voir un signe de Dieu. Quelques versets plus loin, Jésus se lance dans une diatribe et les accuse de ne s’occuper que des aspects extérieurs de la religion et de charger les gens de fardeaux qu’ils ne touchent pas eux-mêmes. Pour les pharisiens et les légistes, seule compte la loi, la vie concrète des personnes est secondaire. Pour Jésus, ce qui compte c’est la dignité inaliénable de tout être humain qui est toujours aimé de Dieu. Alors il libère, remet debout et réinsère les personnes dans la communauté humaine. C’est cela, le signe de Dieu que, hier comme aujourd’hui, certains ont tant de mal à reconnaître.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

©RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Prière du matin

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don