Accueil
La clause de conscience des soignants, un droit fondamental
Partager

La clause de conscience des soignants, un droit fondamental

Un article rédigé par Blanche Streb - RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
L'édito de Blanche Streb La clause de conscience des soignants, un droit fondamental

Une proposition de loi visant à renforcer le droit à l’avortement revient à l’Assemblée à la fin du mois. Elle envisage, notamment, de supprimer la clause de conscience spécifique des soignants.

Blanche Streb - DR Blanche Streb - DR

Une volonté de banalisation de l'avortement

Ceux qui veulent cette disparition martèlent un argument fallacieux. Celui qu’il y aurait deux clauses, la générale et la spécifique, la seconde étant superflue. Cet argument faux camoufle une volonté de banalisation permanente de l’avortement et une forme de pression sur le personnel soignant, dont il serait injuste de balayer d’un revers de manche les convictions.

La clause générale est insuffisante, moins protectrice et ne concerne pas tous les soignants. Si une clause spécifique a été créée dès la loi Veil, c’est bien en raison du caractère particulier de cet acte, dont la portée ne change pas avec les années. La supprimer serait une atteinte grave à la liberté de penser, fondement des Droits de l’homme. 

 

Ne pas sacrifier une liberté pour une autre

On ne peut sacrifier une liberté (celle du soignant) contre une autre (celle de la femme). L’objection de conscience est un droit fondamental, une liberté constitutionnelle, que tout le monde, peu importe son avis sur l’IVG, devrait défendre corps et âme. 

M’est venu à l’esprit un poème écrit par un pasteur. Il évoque la lâcheté des intellectuels allemands dans les années 40. Ce poème traverse les âges et nous appelle à nous sentir concernés par les dérives liberticides. 

"Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas communiste

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas syndicaliste

Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas juif

Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n’ai rien dit
Je n’étais pas catholique

Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait plus personne pour protester"

Alors debout ! Si on ne veut pas s’entendre un jour regretter: "Je n’ai rien dit, je n’étais pas soignant". 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don