Accueil
Le Liban : témoignage d'un libanais expatrié dans le Var
Partager

Le Liban : témoignage d'un libanais expatrié dans le Var

Un article rédigé par Valentina Mustafa - RCF Méditerranée,  -  Modifié le 2 septembre 2020
Alors que le Liban est au bord du gouffre, le Père Maroun, libanais de naissance et expatrié en France,  témoigne sur la façon dont il vit le déclin de son pays depuis l'étranger.  
Le Père Maroun effectue sa mission auprès de l'Eglise de France, à Fréjus. Le Père Maroun effectue sa mission auprès de l'Eglise de France, à Fréjus.

Il a une allure studieuse et semble plutôt dans la retenue.  Pourtant, il se décrit comme un révolté de nature. " L'injustice je ne supporte pas. Surtout quand il s'agit du peuple. Bien sûr que je suis révolté. Ce peuple a la volonté de s'en sortir et de rester digne. Mais c'est difficile lorsque, en ayant un salaire, on ne peut plus se nourrir "

De loin, le père Maroun voit son pays sombrer dans le fond du gouffre. Il le constate à travers  ses proches. Il voit comment, face à une inflation galopante,  la classe moyenne se paupérise à vitesse grand V . Il voit que se soigner devient hors de portée pour la plupart des libanais et que les services de base y sont inexistants. "L'eau 24 sur 24 ça n'existe pas. L'électricité 24 sur 24 ça n'existe pas. C'est très très triste"

L'impuissance

Mêlée à la révolte et à la tristesse, la culpabilité. "Je ne suis pas le seul, j'ai parlé avec d'autres libanais qui sont à l'étranger et on a tous le même sentiment. On est loin et on ne peut rien faire. On est impuissant. "

"Aller se balader c'est bien, mais on ne peut s'empêcher de penser à ceux qui sont en difficulté. Aller au restau c'est bien, mais on ne peut s'empêcher de penser à ceux qui sont là-bas et qui ne mangent peut-être plus à leur faim".  

Cela fait fait 6 ans que le Père Maroun est en France. Il officie à Fréjus. Le déclin de son pays, il le vit par procuration et ça " c'est pas évident ".

Quant à l'avenir ? " Le temps le dira" dit-il. Dans tous les cas, pour lui, s'il y a une issue pour son pays, elle ne viendra pas que de la France mais aussi de la communauté internationale qui a ses intérêts dans le Moyen Orient... Les libanais eux-mêmes doivent œuvrer également pour cette issue; ils ne peuvent pas être passifs.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don