Accueil
RCF Des sud-Finistériens veulent devenir leaders des bateaux zéro émission
Partager

Des sud-Finistériens veulent devenir leaders des bateaux zéro émission

Un article rédigé par Julie Rolland - RCF Côtes d'Armor,  -  Modifié le 6 décembre 2021
GRAND INVITE REGIONAL Théo Moussion : "on espère bientôt pouvoir proposer des bateaux zéro émission et être leader en Bretagne et sur la côte Atlantique"

Jusqu’au 12 décembre, le salon Nautic se déroule à Paris. Parmi la sélection d’entreprises en lice au concours Innovation, un duo de Bretons qui présente l’Armen 500, un bateau 100 % recyclable.

Théo Moussion et Kieran Vantourout, créateurs de l'Armen 500 au salon Nautic à Paris. ©Théo Moussion Théo Moussion et Kieran Vantourout, créateurs de l'Armen 500 au salon Nautic à Paris. ©Théo Moussion

C’est l’une des récompenses de la sélection pour les finalistes du concours du salon Nautic : le bateau conçu par Théo Moussion (l’agence Intrados à Audierne et Plouhinec) et Kieran Vantourout (l’Atelier du marin à Plozévet) a le droit à son stand pour l’édition 2021 de l’évènement parisien. Une bonne place pour faire découvrir l’Armen 500, un bateau dont « l’histoire a commencé il y a quatre à cinq ans », raconte Théo Moussion, architecte naval.

Un travail pour préserver les océans

Travail sur la matière, sur le mode opératoire de fabrication, sur le concept visuel, les deux hommes ont multiplié les démarches pour faire aboutir ce projet.

C’est le PEHD qui a été choisi pour la conception, « une matière qui résiste aux différents acides et qui a la caractéristique de ne pas laisser les algues s’accrocher dessus ». Une technologie donc détournée pour éviter l’usage d’antifouling : « ce sont des peintures assez toxiques. Nous, on est parti sur une matière qui fait en sorte que les algues ne s’y accrochent pas donc pas besoin de produits toxiques sur notre bateau. On préserve les océans et la nature ».

 

« On lance une nouvelle ère [...] où les bateaux en fin de vie, on pourra les recycler »

 

Un bateau 100 % électrique en préparation

Mais ça n’est qu’une première étape. Les deux hommes travaillent déjà sur « le grand frère » de l’Armen 500. Celui-ci fonctionne avec un moteur thermique. Demain, l’Armen e700 sera 100 % électrique. « On lance une nouvelle ère où les bateaux d’aujourd’hui, on peut vous dire que dans 10, 15, 20, 30, 50 ans, quand ils seront en fin de vie, on pourra les recycler, alors qu’aujourd’hui, c’est très compliqué de recycler un bateau en fibre de verre ».

Créer un système de mise en location des bateaux dès l’été 2022

La construction du bateau électrique devrait commencer début 2022 pour une mise à l’eau au début du printemps. En parallèle, Théo Moussion travaille sur la « démocratisation » de l’usage de ces bateaux. Objectif : permettre de les louer via une application mobile. Une première base de location à Audierne devrait voir le jour, avant d’autres peut-être dans le nord du Finistère, dans le Morbihan et les Côtes d’Armor.

Une levée de fond s’organise pour financer ce projet. Avant tout cela, il faudra une phase de tests qui sera cruciale pour Théo Moussion : « c’est une propulsion nouvelle génération, je veux que les utilisateurs soient confiants dans le bateau, dans sa capacité à naviguer et à ne pas tomber en panne ».

De nouveaux emplois à la clé ?

Quelles retombées en terme d’emploi avec ce projet pour l’avenir ? L’architecte naval ne s’en cache pas, le but est de créer de l’emploi dans le sud-Finistère. « Si on lance une bonne fournée de bateaux à fabriquer, ça fera un ou deux emplois dans le chantier et moi je transformerai mon alternant en emploi fixe pour faire le suivi de construction des bateaux ».

Reste à savoir maintenant si leur présence au salon Nautic de Paris permettra d’accélérer la réalisation de cet ambitieux projet.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Actualité
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
GRAND INVITE REGIONAL

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don