Accueil
De J'aime lire à Tobie Lolness, hommage à nos histoires d'enfances
Partager

De J'aime lire à Tobie Lolness, hommage à nos histoires d'enfances

Un article rédigé par Stéphanie Gallet - RCF,  -  Modifié le 17 juillet 2023
La littérature jeunesse fête cette année les 40 ans de l'un de ses magazines phares, la revue J'aime lire. Et la parution du premier roman "d'adulte" de Timothée de Fombelle.
Photo by Ben White on Unsplash - De J'aime lire à Tobie Lolness, hommage à nos histoires d'enfances Photo by Ben White on Unsplash - De J'aime lire à Tobie Lolness, hommage à nos histoires d'enfances

Ces livres que l'on lit sous la couette, que l'on ne quitte plus même au moment de partir pour l'école, ceux dont des années plus tard on connaît encore la saveur. La littérature jeunesse, un monde en pleine ébullition qui fête cette année les 40 ans de l'un de ses magazines phares, la revue J'aime lire. Et la parution du premier roman "d'adulte" de Timothée de Fombelle, "Neverland" (éd. L'Iconoclaste).
 

Ce pays imaginaire où les petits vont avec une telle facilité, c'est un peu cet esprit d'enfance que l'on garde en soi tout le reste de sa vie

 

J'aime lire, 40 ans d'histoires

40 ans, 480 histoires. La revue qui existe depuis 1977 nous en a fait lire, des histoires drôles, émouvantes, fantastiques, effrayantes, surprenantes, attachantes. Pour ses 40 ans, elle en a sélectionné 10, publiées en un numéro spécial, "10 romans J’aime lire inoubliables".
 

L'esprit d'enfance

Ce bonheur de lire et de rêver propre à l'enfance, Timothée de Fombelle lui reste fidèle, même si cette année avec "Neverland" et s'adresse aux adultes - ou plutôt à l'enfant qui reste en chacun de nous. L'auteur de "Tobie Lolness" (éd. Gallimard) est bien connu dans le secteur de la littérature jeunesse. Avec poésie et délicatesse, il fait le récit d'un itinéraire qui n'est pas tant un retour nostalgique vers le pays d'enfance qu'un chemin vers un pays imaginaire - le "Neverland" de Peter Pan.
 

Les histoires essentielles à l'enfance

Avec Timothée de Fombelle, on comprend combien les histoires sont essentielles à l'enfance. Et que ce pays imaginaire où les petits vont avec une telle facilité, c'est un peu cet esprit d'enfance que l'on garde en soi tout le reste de sa vie. Dans le monde des adultes, il est synonyme de créativité, de liberté intérieure, de fantaisie. Qui n'en a jamais ressenti l'impérieuse nécessité?

 

Émission enregistrée en octobre 2017

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don