Accueil
Ste Thérèse 3/5
Partager

Ste Thérèse 3/5

RCF Hauts de France, le 11 novembre 2020  -  Modifié le 27 février 2024
Poèmes et moments forts de la vie de Sainte Thérèse sont éclairés par le père Jean-Claude Perrachon.

Thérèse Martin, Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus pour les intimes que nous sommes tous, est née en 1873 et a terminé sa course de géant en 1897.  Thérèse a beaucoup écrit et a fait honneur à sa langue maternelle, le français, qu’elle a illustrée en trois genres littéraires : le récit autobiographique, la poésie et le genre épistolaire.

Après ses poésies, nous nous intéressons à l’écrit majeur de sainte Thérèse, ses Manuscrits Autobiographiques, l’Histoire d’une âme. L’épisode choisi est bien connu…

     Extrait :    "Le dimanche 20 novembre, (...)   nous avons fait notre entrée au Vatican, dans la chapelle du Souverain Pontife Léon XIII.   (…) Mon cœur battait bien fort et mes prières étaient bien ardentes. 
           
Après la messe d’action de grâce qui suivit celle de Sa Sainteté, l’audience commença. (...) J’étais bien résolue à parler, mais je sentis mon courage faiblir.  (…) Je me tournais vers ma Céline chérie, afin de savoir son avis : « Parle ! », me dit-elle. Un instant après, j’étais aux pieds du Saint-Père ; ayant baisé sa mule, il me présentait la main, mais au lieu de la baiser, je joignis les miennes et levant vers son visage mes yeux baignés de larmes, je m’écriai : « Très Saint-Père, j’ai une grande grâce à vous demander !... » Alors le Souverain Pontife baissa la tête vers moi, de manière que ma figure touchait presque la sienne, et je vis ses yeux noirs et profonds se fixer sur moi et sembler me pénétrer jusqu’au fond de l’âme. « Très Saint-Père, lui dis-je, en l’honneur de votre jubilé, permettez-moi d’entrer au Carmel à quinze ans » (...)   « Très Saint-Père, dit le Grand Vicaire, c’est une enfant qui désire entrer au Carmel à quinze ans, mais les supérieurs examinent la question en ce moment. »-« Eh bien, mon enfant, reprit le Saint-Père en me regardant avec bonté, faites ce que les supérieurs vous diront. » M’appuyant alors les mains sur ses genoux, je tentais un dernier effort et je dis d’une voix suppliante : « Oh ! Très Saint-Père, si vous disiez oui, tout le monde voudrait bien !…"

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don