Accueil
Père Raphael Buyse - « L’éblouie de Dieu – les plus beaux textes de Madeleine Delbrêl » - Éblouie par Dieu 2/5
Partager

Père Raphael Buyse - « L’éblouie de Dieu – les plus beaux textes de Madeleine Delbrêl » - Éblouie par Dieu 2/5

RCF Hauts de France, le 9 février 2021  -  Modifié le 27 février 2024
Mémoires de nos pères • RCF Hauts de France Père Raphael Buyse - « L’éblouie de Dieu – les plus beaux textes de Madeleine Delbrêl » - Éblouie par Dieu 2/5
Madeleine Delbrel passe de "Dieu n'existe pas", à "comment être sure qu'il n'existe pas", à finalement "probable qu'il existe" et dira "j'ai été et je demeure éblouie par Dieu."
podcast image par défaut

Cette semaine, le Père Raphaël Buyse nous partage la vie et l'expérience spirituelle et missionnaire de Madeleine Delbrel, qu'il connait bien puisqu'il lui a consacré un livre « toute cette foule dans notre cœur » quelques pas avec MADELEINE DELBREL. Elle fait l'objet actuellement d'un procès de béatification. 
Pour ses chroniques, Le père Raphël Buyse s'est appuyé sur le livre  « L’éblouie de Dieu – les plus beaux textes de Madeleine Delbrêl » dont sont tirés tous les extraits. 

extrait : Page 24
Tu vivais et je n’en savais rien. 
Tu avais fait mon cœur à ta taille, ma vie pour durer autant que toi, 
Mais, parce que tu n’étais pas là, le monde entier me semblait petit et bête 
et le destin de tous les hommes stupide et méchant.
Quand j’ai su que tu vivais, je t’ai remercié de m’avoir fait vivre, 
je t’ai remercié pour la vie du monde entier.
La souffrance dont on souffre sur terre m’a paru beaucoup plus grande 
et aussi beaucoup plu petite, 
les joies qu’on y trouve beaucoup plus vraies et plus petites aussi.

extrait : p. 16
Et puis tout est si beau quand nous le regardons avec un peu d’amour. Nous avons du dédain pour des masses de choses que nous n’avons même pas regardées et dont toute notre vie ne suffirait pas à celébrer les splendeurs.
Il y a un vertige de la Beauté comparable ou parallèle à celui que Pascal eprouvait entre le très grand et le très petit : les deux abîmes des beautés invisibles sont à côté de nous et en nous demeure la Beauté « qui fait toutes les choses belles ». A celui qui croira en la vie de la Beauté en lui quelle intensité d’amour et quel don de lui-même ne sera t-il pas demandé ? Si des fragments de beauté vue nous ont fait pleurer presque de joie, quelle joie sera celle de celui qui possédera en lui la totale beauté vivante ? Quel besoin aura-t-il de tout le reste ne sera-t-il pas souverainement libre ?

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don