Accueil
Michel Verrier « Les loups du Pilat » (De Borée)
Partager

Michel Verrier « Les loups du Pilat » (De Borée)

Un article rédigé par Anne-Marie VERGNON - RCF Saint-Étienne, le 25 février 2017  -  Modifié le 28 février 2024

Des troupeaux attaqués sauvagement en pleine nuit dans les pâturages : tout porte à croire que des loups sont arrivés dans la région ! Pourtant, les brebis de Rémi Breysse ont été épargnées, et c'est sûrement grâce à ses deux patous. Mais ces chiens ne font pas l'unanimité et les mauvaises langues vont bon train, d'autant que Rémi ne croit pas à l'hypothèse des loups. Le jeune homme est bien décidé à faire toute la lumière sur les événements... y compris sur le décès de sa femme, quelques années plus tôt, dans un mystérieux accident de la route.

 

Chronique de Jacques PLAINE publiée dans L’Essor

 
Michel Verrier - « Les loups du Pilat » - De Borée - 18 €90
 
De nos jours - dans le Parc Naturel Régional du Pilat et du côté de Pélussin - des troupeaux sont sauvagement attaqués en pleine nuit. La rumeur se répand, enfle et affole le brave monde : et si les loups étaient la cause de ce carnage ? Un roman de Michel Verrier
 A Pélussin on aimerait bien s’attendrir sur Rémi Breysse. Un colosse solitaire qui depuis qu’Audrey sa compagne a été tuée dans un accident de voiture - un tout droit dans un virage avec une camionnette neuve - survit tant bien que mal avec son troupeau de brebis.
 On aimerait bien s’attendrir sauf que depuis quelques temps -  nuit après nuit - les troupeaux du voisinage sont salement agressés. Une hécatombe de bêtes tuées, éventrées, déchiquetées, alors que son troupeau à lui a toujours été épargné. Pourquoi ? Parce que contrairement aux frères Chanal, à Jocelyn Pautrat et à tous les autres, il a acheté, puis dressé, deux patous. Deux énormes chiens des Pyrénées - des bêtes de 60 kg - deux « chiens de protection » dont l’acquisition est subventionnée et dont - comme le nom l’indique - le rôle n’est pas de rassembler les moutons mais de les protéger. Depuis, inutile de surveiller son cheptel, les deux patous s’en chargent et malheur à l’inconscient qui pointerait son nez ou son museau.
 Mais qui saccage donc les troupeaux alentour ? Certains affirment que ce sont des chiens errants, des chiens de chasseurs qui auraient pris le large et seraient retournés à l’état sauvage. D’autres jurent que ce sont des loups. Il y en a bien en Italie, dans les Alpes, voire au Mont Lozère ! On murmure même « qu’un illuminé qui a emmené la femme d’un copain dans les bois de Thélis-la-Combe » en aurait vu trois. Oui trois et même s’il n’avait pas de jumelles - mais qu’aurait-il fait de jumelles en ce jour d’amours coquines - il avait remarqué que ces bêtes ne buvaient pas comme des chiens. Plus exactement « ne lapaient pas » comme des chiens.
 Et puis voila que les deux patous de Rémi sont empoisonnés. Et pourquoi pas par celui qui a trafiqué la voiture d’Audrey ? Car elle a été trafiquée cette voiture, il en est sûr.

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don