Accueil
Chacun Sa Route 4/5
Partager

Chacun Sa Route 4/5

RCF Hauts de France, le 28 janvier 2021  -  Modifié le 27 février 2024
A quoi suis-je appelé ? discerner son chemin et mettre en lumière le meilleur de nous-même, chercher même à tâtons dynamisme et paix intérieure qui nous tourne vers les autres et vers Dieu.

Au cours de cette semaine, les cinq chroniques de Mémoire des pères du Père Bernard Bougon nous feront découvrir comment Ignace de Loyola a pris conscience de sa vocation et ce qu’il en est advenu. Pour cela nous entendrons de brefs extraits de son autobiographie, écrite à la 3ème personne du singulier, intitulée le Récit du pèlerin, extraits lus par Frédéric Folcher. Ce sera pour chacun de nous l’occasion de réfléchir à sa vocation propre.

extrait :
« Il décidait de faire de grandes pénitences, n’ayant plus tellement en vue le pardon de ses péchés que d’être agréable à Dieu et de lui plaire. Et ainsi, lorsqu’il se souvenait de faire quelque pénitence que les saints avaient faite, il se proposait de la faire et même davantage. Et il trouvait toute sa consolation dans ces pensées, ne considérant aucune chose intérieure et ne sachant pas ce qu’étaient l’humilité, ni la charité, ni la patience, ni le discernement pour régler et mesurer ces vertus. Mais toute son intention était de faire de grandes œuvres extérieures parce que les saints les avaient faites pour la gloire de Dieu… (Ainsi), il acheta de la toile dont on fait d’ordinaire des sacs, de celle qui est grossièrement tissée et a beaucoup de piquants ; et il en fit faire un vêtement descendant jusqu’au pied… (Arrivé) à Manrèse il demandait l’aumône chaque jour. Il ne mangeait pas de viande et ne buvait pas de vin… et parce qu’il avait été très soucieux de soigner sa chevelure, comme on avait l’habitude de faire à cette époque et qu’il en avait une fort belle, il décida de la laisser pousser comme elle venait naturellement, sans la peigner ni la couper… Et pour la même raison il laissait pousser les ongles de ses pieds et de ses mains, parce qu’il en avait été aussi très soucieux… (Et) en dehors de ses sept heures d’oraison, il s’occupait à aider quelques âmes qui venaient le chercher dans les choses spirituelles. »

Si nous nous demandons quelle est notre vocation et : « A quoi suis-je appelé ? » Ignace nous montre que la réponse se trouve en soi, à la condition d’aller de l’avant et de chercher, même à tâtons, ce qui suscite en soi le plus de dynamisme, le plus de paix intérieure et nous tourne davantage vers les autres et vers Dieu.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don