Accueil
André Buffard "Le jeu de la défense"
Partager

André Buffard "Le jeu de la défense"

Un article rédigé par Anne-Marie VERGNON - RCF Saint-Étienne,  -  Modifié le 30 mars 2019

Une jeune magistrate est découverte battue à mort alors qu'elle venait rejoindre son amant. Ce dernier est rapidement soupçonné. Avocat connu, futur candidat à la mairie, il décide de confier sa défense à un pénaliste réputé, qui va tout tenter pour le faire acquitter. Un roman judiciaire au plus près de la réalité, qui dépeint avec précision la complexité des relations entre l'avocat et celui qu'il défend, et brosse un portrait sans concession de l'institution judiciaire et de la place des médias dans un dossier qui fait la une.

Chronique de Jacques PLAINE publiée dans L’Essor

André Buffard - Le jeu de la défense - Plon - 19 €
 
 Maître André Buffard - avocat au Barreau de Saint-Étienne depuis 1972 - est un habitué des cours d’assises. Son nom est associé à quelques grands procès de ces quarante dernières années. Il a défendu le terroriste Carlos, Pierre Chanal (les disparus de Mourmelon) Jean-Claude Romand (dans l’affaire qui a inspiré Emmanuel Carrière pour son roman « L’Adversaire »), certains membres d’Action direct, Alain Carignon et Eric Cantona.
 Lyon, 67 rue Servient. Au Palais ça chauffe à tous les étages. Ghislaine Labreuil, une jeune auditrice de justice vient d’être assassinée. Au 6 de la rue Lainerie. Dans le hall d’entrée.
 Femme de tête et d’autre chose, prête à tout pour s’éclater et « ne pas vivre dans un bocal » Ghislaine est à un moment clef d’une vie sexuelle débridée. D’une part elle s’apprête à rompre avec un officier de police qu’elle n’aime plus mais qui lui l’a toujours dans la peau … et d’autre part elle compte jouer à quitte ou double avec son nouvel amant : « tu largues ta bonne femme et tu m’épouses si non je me casse ».
 L’amant en question n’est autre que le bâtonnier Jacques Brochard. Une personnalité lyonnaise en course pour la mairie de la ville et qui a prévu de financer sa campagne grâce à la fortune de sa femme. Autre détail, c’est au 6 rue Lainerie que maître Brochard loue la garçonnière où Ghislaine l’initie à des pratiques sadomasochistes inventives.
 Maître Brochard sentant le vent du boulet et se voyant déjà dans la peau du coupable idéal, se jette alors dans les bras du narrateur, David Lucas, un avocat dont le pedigree n’a rien à envier à celui de l’auteur du roman : «Ma vie est foutue. Je suis perdu…il m’arrive un truc de fou… Putain, David, sortez-moi de là ! »
 Sous les feux de la rampe et de tous les médias réunis - presse radio télé - David Lucas va s’employer à sauver la tête du bâtonnier … et découvrir un dossier encore plus explosif que la vie professionnelle et sexuelle de Ghislaine le laisse supposer. Mais comme il est cornaqué par une jeune (et jolie) journaliste chargée d’enquêter sur sa conception du métier d’avocat et accessoirement sur la justice il va entre la poire et le fromage - voire sur l’oreiller - lui confier bien des choses dont le lecteur fera son profit au cas où il se retrouverait un jour aux assises…comme juré bien entendu.

   

© clichés Louis Reynard/ lire à St-Etienne/RCF42

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don