Accueil
Verticalité et grands singes
Partager

Verticalité et grands singes

RCF,  -  Modifié le 7 février 2018
podcast image par défaut

A quoi reconnaît-on que je ne suis pas un singe ? Qu’est-ce qui différencie l’homme de l’animal ? Le langage ? L’utilisation d’outils ? La taille du cerveau ? La maîtrise du feu ? Non, c’est avant tout la bipédie, le fait d’avancer sur ses deux jambes, qui départage l’homme des grands singes, qui, eux, se déplacent à quatre pattes. L’homme est le seul animal à se tenir debout. C’est pourquoi, bien avant Coppens et les préhistoriens, Aristote déclarait que : « L’homme est le seul des animaux à se tenir droit, car sa nature est divine ».
 
Eh bien, c’est rien moins que cette thèse qui est aujourd’hui réfutée : se tenir sur ses deux jambes ne serait pas le propre de l’homme. C’est la reconstitution toute récente de Little Foot, un petit australopithèque d’un mètre 35, âgé de 4 millions d’années, et natif d’Afrique du Sud, qui permet de l’affirmer : la station debout est commune aux grands singes et aux hommes. Les singes l’ont abandonnée pour aller virevolter dans les arbres. Les hommes l’ont conservée et perfectionnée – et ils ont cessé du même coup de virevolter dans les arbres. Le schéma archi classique, où l’on voit nos ancêtres marcher à quatre pattes, puis progressivement se redresser, pour enfin donner l’homme, droit debout, ce schéma archi connu est donc aussi archi faux. 

Nos ancêtres se tenaient déjà debout. Homo sapiens n’a pas inventé la verticalité. Et voici donc la question relancée : qu’est-ce qui distingue l’homme de l’animal ? Le grand philosophe allemand, Hegel, qui n’était certes pas un préhistorien, soutenait qu’« aussitôt que la conscience commence à s’éveiller, l’homme rompt le lien animal qui l’attache au sol ». Au cours de son évolution, l’homme n’a sans doute pas eu le privilège de la verticalité, mais il a celui de l’arrachement au sol. 

L’homme est le seul animal à vouloir regarder au loin, à scruter l’ailleurs et le lointain. A se hisser vers demain, à tenter de déchiffrer l’horizon. L’homme est le seul animal à vouloir habiter les hauteurs. Ce n’est peut-être pas en se mettant debout qu’il a conquis son statut d’homme, mais c’est très certainement en aspirant à habiter le ciel tout autant que la terre, qu’il s’est distingué de l’animal. Se tenir sur ses deux jambes n’est pas une simple question d’anatomie, c’est une ambition spirituelle.   

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don