Accueil
Une dinde de Noël nature et pas... artificielle !
Partager

Une dinde de Noël nature et pas... artificielle !

RCF Anjou,  -  Modifié le 24 décembre 2020
Carte Blanche de Raphaël de la Croix Une dinde de Noël nature et pas... artificielle !
Samedi dernier on servait un plat pour le moins original au restaurant le 1880 à Singapour : du poulet 100% artificiel pour baisser l’empreinte carbone des élevages de poulet. Une première mondiale qui devrait nous réjouir ?
podcast image par défaut

Non, c’est sans doute un pas de plus contre la nature que ces gens-là prétendent défendre. Je sais, c’est pénible de jouer les briseurs de rêve en endossant le costume du vieux grincheux anti-progrès. Mais cette victoire écologique est un leurre. On prétend fabriquer de la viande sur la base de cellules souches animales. On est en fait en train de se passer de la nature sous prétexte de vouloir la préserver. La perspective que les GAFA soient maîtres de l’alimentation du futur à base de composants artificiels ne me réjouit guerre. Les animaux que nous consommons sont utiles pour notre éco système. Leur disparition à plus ou moins long terme, car on n’aura plus besoin d’eux, inquiète. La nature va être petit à petit remplacée par de gigantesques laboratoires. C’est très tentant d’avoir la main sur la nature, de s’affranchir de ses contraintes. Mais c’est sa disparition que l’on programme au profit de multinationales qui vont vous remplacer la gastronomie par des comprimés alimentaires. Moi je me méfie de cette écologie artificielle. Celle qui vous explique que le vivant est un ennemi de la nature car il consomme de l’eau, de l’herbe, de l’oxygène. En général ces gens-là n’ont pas d’enfants, pensez-vous ça pollue, et rêvent d’une nature aseptisée, en bocal, croyant la respecter parce qu’ils s’en seront rendus maîtres. Le progrès ce n’est pas ça. C’est au contraire adapter notre production en répondant aux exigences de la nature. L’élevage en batterie doit être revu. Soit. Mais pas par du poulet en pilule, qui fera disparaître au passage les éleveurs au profit des ingénieurs. 
Donc pas de dinde artificille pour le repas de Noël. Ah non, jamais. Quand bien même ce serait disponible et accessible, et ça arrivera tôt ou tard. Moi je dis : mangez de la viande, une bonne dinde, un bon chapon, un bon foie gras. Invitez vos parents et grands-parents. Ne vous cachez pas derrière le covid, cette maladie qui aujourd’hui ne tue encore que 0,08 %de la population française, rappelons-le. Le cancer ou les maladies cardiovasculaires sont, pour l’instant des facteurs 2 fois plus dangereux que le covid à l’heure actuelle d’après l’INSEE. Vivez la joie et l’espérance de Noël. Méfiez-vous de ce plexiglass que l’on dresse entre les générations. N’acceptez pas cette culpabilité que l’on veut vous faire porter. Ce dont nous sommes coupables, c’est de laisser les autres mourir dans la solitude, pas de leur transmettre le covid. Mieux vaut mourir à 90 ans entouré des siens qu’à 91 ans dans la solitude, l’oubli, l’absence. Refusons ce monde artificiel qui veut être propriétaire de la nourriture, de la santé, de la nature, de la vie. La vie ne nous appartient pas. Elle se reçoit. Elle se vit. Puissions-nous passer Noël en fixant nos regards vers celui qui est le vrai maître de la vie, maintenant et à jamais. Dans la joie d’être ensemble, sans jetez le soupçon sur les autres. Joyeux et saint Noël à tous.  

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don