Accueil
Une ceinture maraichère autour de la métropole clermontoise ? C'est pour 2022 !

Une ceinture maraichère autour de la métropole clermontoise ? C'est pour 2022 !

Un article rédigé par Hadrien Barrau - RCF Puy de Dôme, le 11 janvier 2022  -  Modifié le 10 janvier 2024

C'est un projet qui est dans les têtes métropolitaines depuis le début de la mandature actuelle... Et 2022 pourrait marquer son lancement. Clermont Auvergne Métropole entend mettre en place une ceinture maraichère autour de ses 21 communes. Une solution de proximité pour la restauration collective et les habitants.

Champs de salades, dernier territoire maraîcher d'Île-de-France à Saint-Denis (93), crédits : L. de Biasi/IAU îdF Champs de salades, dernier territoire maraîcher d'Île-de-France à Saint-Denis (93), crédits : L. de Biasi/IAU îdF

Oui l'agriculture peut s'implanter en zone urbaine. La preuve déjà autour de Limoges qui a sa ceinture maraichère depuis quelques années. Une réalité que pourrait connaitre rapidement la métropole clermontoise. Signe avant-coureur de cette possibilité, l'agriculture comme compétence et la création d'un poste de vice-président à l'agriculture et à l'alimentation. Un poste occupé par Jean-Marie Vallée, conseiller municipal à la mairie de Pont-du-Château. 

Pour le moment les terrains sont en cours de recherches, mais ce qui est sûr c'est que 2022 doit voir les débuts du projet. Il répond d'ailleurs à plusieurs enjeux : Celui de fournir du local à la restauration collective des communes et aussi d'aider à l'installation les maraichers. 

Informations locales Une ceinture maraichère en route qui répond à plusieurs enjeux

Un premier maraicher espéré pour fin 2022

Pour "embaucher" des producteurs l'agglomération va créer en partenariat une société coopérative d'intérêt collectif notamment avec l'appui de la chambre d'agriculture du Puy-de-Dôme. Une coopérative qui sera financée de moitié par la métropole, le reste par d'autres acteurs locaux.

Installé au plus vite des producteurs, c'est aussi commencer à avoir une vraie indépendance au niveau des légumes : "On a une autonomie alimentaire au niveau légumes, pour la restauration collective que de 13% à l'heure actuelle ! L'objectif avec ce qu'on appelle le plan d'alimentation territoriale, c'est d'arriver à 50% d'autonomie alimentaire [...] avec un horizon 2050." précise Jean-Marie Vallée. 

Le vice-président dévoile qu'un premier maraicher pourrait donc être installé en fin d'année. Pour le foncier rien n'est décidé pour le moment mais des communes se sont déjà positionnées comme Gerzat, Cournon ou encore Pont-du-Château. 

Informations locales La ceinture maraichère autour de la métropole c'est pour 2022

"Un système vertueux"

Ce que veut créer la métropole avec cette ceinture, c'est un vrai cercle vertueux. Consommé local oui, mais aussi valoriser des maraichers locaux. Ces derniers seront aidés financièrement par la métropole à plusieurs titres. L'argent emprunté par la métropole devra être remboursé. Pour cela les maraichers "paieront une cotisation sur 20 au prorata de leur chiffre d'affaires." annonce Jean-Marie Vallée. Et en plus de cela un salaire minimum sera garanti. Il est estimé au niveau du SMIC par l'élu.

 

 

Informations locales La ceinture maraichère de la métropole, un système vertueux
Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don