Accueil
Un robot chirurgical vient d'arriver à l'Institut de la face et du cou à Nice
Partager

Un robot chirurgical vient d'arriver à l'Institut de la face et du cou à Nice

Un article rédigé par Laura Vergne - RCF Nice Côte d'Azur, le 27 septembre 2022  -  Modifié le 27 septembre 2022

9 000 nouveaux cas de cancers sont détectés tous les ans, dans les Alpes-Maritimes. Pour être plus efficace dans les opérations chirurgicales liées aux tumeurs, l’Institut universitaire de la face et du cou à Nice s'est équipé d’un robot ce lundi 26 septembre. Son job est d'aider les chirurgiens à opérer les tumeurs pour que les opérations soient moins traumatisantes pour les patients. 

Robot DA VINCI à l'institut de la face et du cou à Nice - Photo : RCF Nice Côte d'Azur Robot DA VINCI à l'institut de la face et du cou à Nice - Photo : RCF Nice Côte d'Azur

Il s'appelle DA VINCI. C'est un énorme robot blanc à quatre bras, avec des pinces en guise de mains. Assis devant sa console, un joystick dans chaque main, un des chirurgiens est aux commandes. Il fixe un écran 3D qui lui transmet les images en direct. Il essaye d'attraper de petits élastiques. "Je m'entraîne à la manipulation des instruments, ca va nous permettre de retirer des tumeurs en passant par la bouche sans ouverture chirurgicale ", lance le chirurgien. 

 

En effet, le robot permet de retirer la tumeur par voie endaurale de façon à ce que l'opération soit moins lourde et que le patient récupère plus vite. "Récupération de son alimentation et de sa respiration plus facile, sortie de l'hôpital plus précoce donc un retour à la vie normale plus rapide", explique le chirurgien Culier. 

 

Pour l'instant, cinq chirurgiens possèdent la formation pour manier le robot chirurgical. Il faut entre 2 à 3 mois pour être formé.

 

 

 

"On propose de la chirurgie mini-invasive plutôt que de la chirurgie lourde", affirme Emmanuel Barranger, chirurgien et directeur du centre Antoine Lacassagne.

 

Ce robot chirurgical vient compléter les autres technologies à la pointe du centre Antoine Lacassagne qui se place comme un "des meilleurs établissements au monde en cancérologie", se félicite Emmanuel Barranger. 

 

Le département a financé 500 000 euros, la moitié du coût de l'équipement. Eric Ciotti, le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes entend soutenir l'hôpital public dans ses jours sombres : "il faut soutenir l'hôpital public, l'aider et venir à son secours" atteste le président du conseil départemental. 

 

Le premier patient va se faire opérer dés octobre prochain. 

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don