Accueil
[Synode] Mieux former les accompagnateurs spirituels
Partager

[Synode] Mieux former les accompagnateurs spirituels

Un article rédigé par Antoine Bellier - RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
Le Point du Synode [Synode] Mieux former les accompagnateurs spirituels
Les pères synodaux, les experts et les auditeurs parmi lesquels une trentaine des jeunes ont réfléchi ces dernières heures à la question essentielle de l’accompagnement spirituel.
podcast image par défaut

L’accompagnement spirituel, c'est-à-dire cette attitude d’ouverture du cœur dans la vie de l’Eglise proposée non seulement aux prêtres, religieux et religieuses mais aussi à tous les baptisés appelés à associer leur vie de contemplation et le souci des pauvres. Bref, tous ceux qui veulent maintenir vivante leur foi et discerner quels sont les appels de l’Esprit dans leur vie.

Mais cet accompagnement spirituel ne s’improvise pas. C’est la raison pour laquelle des participants à l’assemblée synodale ont plaidé pour que la formation des accompagnateurs soit une claire priorité pastorale. Cette formation concerne les séminaristes qui se préparent à devenir prêtre. Dans ce domaine, elle est jugée encore insuffisante.

Mais elle concerne aussi tous les laïcs qui dans les états de vie qui sont les leurs veulent avoir des clés pour discerner pour eux-mêmes et pour les autres comment être fidèles à l’Evangile, car comme l’a affirmé un des jeunes auditeurs américains : "le manque de vrai guide spirituel est une des causes de la crise de la foi aujourd’hui".

La formation à l’accompagnement spirituel est donc ressortie des réflexions mais aussi la formation à la vie de prière, ces deux demandes allant de pair. Il a été question de l’importance de l’adoration eucharistique redécouverte par beaucoup de jeunes mais aussi plus largement de l’expérience de l’intériorité telle qu’elle peut se vivre notamment dans les rassemblements de Taizé. "Il faut nous apprendre à prier" disent les jeunes en écho au passage bien connu de l’Evangile.

Pour autant, ces demandes de formations ne doivent pas être une façon pour l’Eglise de faire taire toutes les inquiétudes des jeunes. Surtout dans un des contextes de plus en plus complexe où beaucoup n’hésitent pas à s’engager dans les champs politiques et sociaux Ces inquiétudes sont une richesse que l’Eglise doit accueillir sans forcément apporter de réponses immédiates. Les jeunes veulent d’abord être écoutés et ne veulent surtout pas être domptés. Une sagesse de vie spirituelle à laquelle les pères synodaux ont, semble-t-il, été attentifs ! 
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission Le Point du Synode © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
Le Point du Synode

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don