Accueil
Royaume-Uni: cinq jours de prière pour le Brexit
Partager

Royaume-Uni: cinq jours de prière pour le Brexit

Un article rédigé par Etienne Pépin - RCF,  -  Modifié le 27 juin 2021
3 questions à Royaume-Uni: cinq jours de prière pour le Brexit
​Le Brexit n’aura donc pas lieu le 29 mars. L’Union européenne et le Royaume-Uni se sont mis d’accord : il est reporté, soit au 12 avril, soit au 22 mai.
podcast image par défaut

En ces temps obscurs pour le Royaume-Uni, l’Eglise anglicane appelle à cinq jours de prière. Justin Welby, l’archevêque de Canterbury et chef spirituel de l’Eglise d’Angleterre demande aux fidèles de s’unir pour faire face aux divisions que traverse actuellement son pays.
 

Dans quel état d’esprit sont les Britanniques ? Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ?

"Comme dans tout le pays, il y a beaucoup d’opinions différentes. Des personnes qui sont pour le Brexit dans l’Eglise anglicane, mais aussi des personnes qui sont contre. Le pays est très divisé. Ce que l’archevêque Justin a voulu commencer, c’est une prière pour réunir le pays, et pas pour dire si le Brexit est bon ou pas, mais pour aider à la réconciliation dans le pays" explique Alan Morley Fletcher, un des collaborateurs de Justin Welby.
 

Est-ce-que l’Eglise anglicane a un rôle fédérateur, de communion ?

"J’espère. Cela a perdu de son importance dans les débats du Royaume-Uni, mais l’archevêque Justin Welby s’est prononcé plusieurs fois sur des choses qui sont bonnes d’un point de vue chrétien ou qui ne sont pas bonnes. De temps en temps, on l’accuse de se mêler de politique, mais ce n’est pas cela qu’il essaie de faire. Il essaie de faire comprendre, comme le pape François qu’il faut vraiment prendre soin des personnes les plus pauvres, celles qui sont à la périphérie, celles qui ont souffert de la globalisation, et qu’il faut une politique qui prenne vraiment soin de ces personnes-là" ajoute-t-il.
 

Justin Welby met l’accent sur les pauvres. Quel est son projet pour eux ?

"Son appel à l’Eglise est de réconcilier le pays d’abord. Il ne se prononce pas pour ou contre le Brexit. L’Eglise doit prendre position pour qu’après le Brexit, il n’y ait pas de divisions dans le pays, mais qu’il y ait vraiment une attitude de réconciliation, pour retrouve l’union entre les différents points de vue et entre les différents camps politiques, qui se sont insultés les uns les autres, pour que cela devienne positif pour la nation" conclut le collaborateur de Justin Welby.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission 3 questions à © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
3 questions à

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don