Accueil
"Pour le 2e tour de la présidentielle, rien n'est joué"
Partager

"Pour le 2e tour de la présidentielle, rien n'est joué"

RCF,  -  Modifié le 24 avril 2017
L'affiche du 2e tour de la présidentielle est inédite: la droite et la gauche traditionnelles sont éliminées. Analyse de ce nouveau paysage politique avec Nicolas Tenzer, président du CERAP.
RCF - Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'affrontent au 2e tour RCF - Marine Le Pen et Emmanuel Macron s'affrontent au 2e tour

Situation inédite dans le paysage politique français, les candidats des partis traditionnels - de droite comme de gauche - sont éliminés. Au 2e tour de la présidentielle française Emmanuel Macron (En Marche !) affrontera Marine Le Pen (Front National). "Ce qui est extraordinaire c'est de voir l'arrivée d'un nouveau mouvent créé par quelqu'un inconnu il y a quelques années, analyse Nicolas Tenzer (Président du CERAP Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique) "quelqu'un qui n'a jamais eu de mandat électif et qui réussit à rassembler des gens de gauche et de droite, du centre gauche et du centre droit, et qui parvient à dire que les partis classiques sont dépassés.
 

Emmanuel Macron, les raisons d'un succès

Si le candidat d'En Marche !  a évoqué l'Europe dans sa campagne, ça n'est pas la raison principale de son succès, explique Nicolas Tenzer. "C'est une conjonctions de facteurs imprévisibles (...) Il y a un an les candidats plus centraux ont été éliminés. (...) Emmanuel Macron a bénéficié de l'extrémisation des candidats désignés pas les primaires au sein de leurs propres camps." Mais le candidat Macron a aussi bénéficié du discrédit des partis politiques traditionnels. Enfin pour le politologue "la gauche que la droite sont profondément divisées, rappelle le président du CERAP. Entre à gauche, Manuel Valls et Benoît Hamon, et à droite, Alain Juppé et François Fillon, il y a moins de points commun qu'entre les gens de centre gauche et de centre droite qui se retrouvent chez Emmanuel Macron.
 

L'héritier du quinquennat? 

Ministre sous la présidence Hollande, Emmanuel Macron n'est peut-être pas autant l'héritier du quinquennat socialiste. Pour Nicolas Tenzer "Il a très vite fait entrendre sa différence alors même qu'il était au gouvernement (...) il n'est pas complétement solidaire de ce quinquennat, il fait figure du Hollande que beaucoup espérait qu'il fut!"
 

Marine Le Pen "a dépassé ses bastions traditionnels"

La candidate du Front National obtient de bons scores dans les zones rurales et dans le péri-urbain. "Marine Le Pen a dépassé ses bastions traditionnels, ça n'est pas nouveau." Pour le président du CERAP ces scores ces résultats s'expliquent "Il y a une partie des gens qui ont le sentiment d'être en dehors de la République, de ses valeurs européennes. Le vote de Marine Le Pen traduit un mouvement de panique."  
 

Une victoire acquise pour Emmanuel Macron? 

"Aujourd'hui rien n'est fait!" alerte Nicolas Tenzer. Tout dépendra du report des voix des électeurs autres candidats. "Il y a un vrai risque de que Marine Le Pen gagne le second tour. La France sera durablement sanctionnée par ses partenaires, ce sera le début de la fin." 

[ECOUTER] La soirée électorale sur RCF présentée par Florence Gault
[DOSSIER] Les grands dossiers en débat pour la présidentielle

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don