Accueil
Pour la magistrate Isabelle Rome "il faut renouveler notre démocratie"
Partager

Pour la magistrate Isabelle Rome "il faut renouveler notre démocratie"

RCF,  -  Modifié le 6 décembre 2018
Haute fonctionnaire à l’égalité femmes-hommes du Ministère de la Justice, Isabelle Rome publie "Plaidoyer pour un droit à l'espoir" (éd. Enrick B.) sur le dialogue singulier d'une juge avec les jeunes des quartiers.
Fanny Cohen Moreau Fanny Cohen Moreau

Pour son ouvrage Isabelle Rome s’est beaucoup posé la question du désespoir. Elle préconise l’instauration d’un droit fondamental à l’espoir pour tous, même si elle a conscience que c’est une utopie. Elle explique : "j’ai trop vu ce que le désespoir peut provoquer, par exemple de l’autodestruction, car le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les jeunes". "Le désespoir peut amener aussi à des actes irréparables sur les autres à la destruction". "Quand on voit ce qui est en train de se passer on ne peut que être interpellé et vouloir permettre à tous d’espérer".

Renouveller la démocratie 

Pour Isabelle Rome, la colère des gilets jaunes est "la marque qu’il faut peut-être trouver de nouveaux moyens de gouverner et de concevoir la démocratie". Elle rapporte qu’aussi qu’en discutant avec les jeunes ils lui ont raconté qu’ils trouvaient la "démocratie défaillante". "A l’heure des réseaux sociaux il faut peut-être penser à une démocratie plus participative, inventer de nouveaux moyens de participation et de dialogue".
 

 une injustice et une blessure sociale

"Il y a des isolements dans notre société" : Isabelle Rome raconte son enfance dans un petit village, "pour ces enfants de la campagne l’accès aux études supérieures est compliqué, c’est une injustice et une blessure sociale". "J’ai choisi ce métier de magistrate car je crois  profondément en la République, et depuis 30 ans j’essaye de servir au mieux possible ses engagements et principes républicains". "La République se construit dans la fraternité, et sans elle c’est la mort de la société".

Dans son métier de magistrate, Isabelle Rome a dû plusieurs fois juger des jeunes de banlieue, elle a vu comment il était difficile pour eux de se réinsérer, et elle s’est très tôt engagée dans des associations pour agir sur le terrain. "Dans leur cœur, la République n’est pas morte et c’est pour ça qu’il ne faut pas les oublier".

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don