Accueil
Mgr Laurent Dognin: Charles de Foucauld et la communion de désir
Partager

Mgr Laurent Dognin: Charles de Foucauld et la communion de désir

RCF,  -  Modifié le 29 juin 2021
Parole aux Églises Mgr Laurent Dognin: Charles de Foucauld et la communion de désir
Alors que le confinement nous empêche de nous réunir pour Pâques, Mgr Dognin nous rappelle la souffrance de Charles de Foucauld, lorsqu'il fut privé de la communion.
podcast image par défaut

VIVEZ PÂQUES ET LA SEMAINE SAINTE EN DIRECT SUR RCF - Dans ce contexte de confinement lié à l’épidémie de Covid-19, toutes les équipes RCF se mobilisent pour vous faire vivre en direct la Semaine sainte et Pâques. Ainsi, nous proposons à nos auditeurs une programmation autour de trois axes : DONNER DU SENS, PRIER et ACCOMPAGNER.
> En savoir plus

 

Les semaines se succèdent dans un confinement qui empêche les fidèles de participer à la messe et donc de communier. Cela me fait penser au Bienheureux Charles de FOUCAULD qui, en 1907, avait dû vivre sans communion pendant plusieurs mois alors qu’il était isolé à Tamanrasset, seul chrétien au milieu des touarègues. Mais il était prêtre pourtant ! A cette époque, un prêtre ne pouvait pas célébrer la messe tout seul. Il avait demandé au Pape une dérogation, mais elle n’arrivait pas et cela a duré 6 mois… Il vécut douloureusement son premier Noël. Voilà ce qu’il en dit : « Cette nuit pas de messe, […] Jusqu’à la dernière minute, j’ai espéré qu’il viendrait quelqu’un, mais rien n’est venu, ni un voyageur chrétien, ni un militaire, ni la permission de célébrer seul. […] Que la volonté du Bien-Aimé soit bénie en tout. » (LMB p. 164)
 
Enfin, il recevra l’autorisation du pape un mois plus tard : « Je viens d’avoir un très grand bonheur, dit-il (…), c’est une nouvelle vie pour moi et une grâce infinie pour ce pauvre pays. » (LAH, p.283) Cette expérience de privation l’aura beaucoup marqué au point qu’il écrira à sa cousine le jour de sa mort : « Je sais ce que coûte la privation de la messe. » Pour vous, chers auditeurs, ce n’est pas pour la nuit de Noël que vous êtes privés de communion, mais pour la Semaine Sainte et pour Pâques ! La fête la plus importante de l’année. Nous pouvons comprendre que vous partagiez d’autant plus avec Charles de FOUCAULD la souffrance de cette privation.
 

En quoi son expérience peut-elle nous encourager en cette période de confinement ?

 
Je dirai deux choses : Premièrement, il ne pouvait pas communier, mais il méditait longuement des passages de la Bible, il priait, et il vivait la communion de désir. Il est évident qu’il était ainsi profondément en communion avec Jésus comme vous pouvez l’être aussi lorsque vous priez à la maison et que vous manifestez une vraie charité ! Deuxièmement, tout en suivant la messe à la télévision ou sur la radio, cette privation de communion peut nous réveiller et nous aider à prendre davantage conscience de la grandeur de ce sacrement et de la place que nous lui donnons dans notre vie. Charles de FOUCAULD parle d’une « grande grâce pour lui ». Saisissons cette privation douloureuse pour accueillir la grâce d’en faire, à la fin du confinement, une occasion de venir ou revenir à la messe de façon plus motivée, de communier d’une façon plus consciente de ce que nous faisons. Et d’y trouver ce « très grand bonheur » dont parle Charles de FOUCAULD.

Je vous souhaite une bonne Semaine Sainte.

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don