Accueil
Messe télévisée à Gesté : "on a dû écrire un conducteur de 37 pages !"
Partager

Messe télévisée à Gesté : "on a dû écrire un conducteur de 37 pages !"

Un article rédigé par Marion Bastit - RCF Anjou - RCF Anjou,  -  Modifié le 30 octobre 2019
Ce dimanche 3 novembre, Le Jour du Seigneur sera en direct de Gesté pour la messe à 11 h. Cela fait deux mois que les paroissiens se préparent à accueillir les caméras de France 2.
2019 RCF Anjou - Inaugurée en décembre 2017, la nouvelle église de Gesté a gardé son clocher d'origine. 2019 RCF Anjou - Inaugurée en décembre 2017, la nouvelle église de Gesté a gardé son clocher d'origine.

Dimanche 3 novembre, les téléspectateurs de toute la France pourront suivre la messe en direct de Gesté. L’émission Le Jour du Seigneur posera ses caméras dans cette nouvelle église des Mauges, inaugurée il y a bientôt deux ans.

C’est un symbole fort pour les fidèles de cette commune, qui est restée sans église pendant dix ans, car l’ancien édifice menaçait de s’écrouler. Ils ont donc proposé à l’émission de France 2 de venir tourner chez eux, il y a un an.

L’équipe a accepté. La date du 3 novembre a été fixée en juin dernier. Depuis, les paroissiens se préparent à accueillir les caméras.

Un script pour suivre la messe mot à mot

Début septembre, l’équipe liturgique a choisi les textes et les chants, et la chorale paroissiale répète régulièrement depuis début octobre. Un chœur de 25 enfants s’est même créé pour l’occasion.

Il a fallu écrire le conducteur de toute la messe. « D’habitude, le déroulé tient en deux ou trois pages maximum, là on est à 37 pages ! » raconte le père François Richer, le curé de la paroisse.

« C’est un conducteur dans lequel tout est marqué précisément, poursuit-il, parce que derrière, il y a tous ceux qui sont à la régie qui seront dans un camion à côté, et il faut qu’ils puissent suivre la messe mot à mot de façon à envoyer les bonnes images, que le son soit précis… »

Une messe minutée, l'eucharistie aussi

Pour accueillir l’équipe de l’émission, une trentaine de personnes en tout, il va falloir aménager l’église. « On va enlever un certain nombre de bancs, pour que l’émission puisse mettre les caméras et un tas de matériel ici, montre Jean-René Suteau, paroissien à Gesté. On va aussi changer la chorale de côté, pour des questions de luminosité. »

Comme c’est en direct, le timing est précis. La cérémonie doit durer 55 minutes, pas une de plus. « Il est possible qu’une partie de la communion soit écourtée, confie Jean-René Suteau, mais elle pourra se poursuivre après la messe. » Même chose pour la quête : trop longue pour être filmée, elle sera faite avant la messe.

La prise d’antenne est à 11 h, mais les fidèles sont conviés dès 10 h 15. « C’est pour donner les consignes, faire les dernières répétitions et les derniers réglages, et puis ensuite qu’il y ait un temps de repos et de calme avant la messe », explique le paroissien.

Des paroissiens suivront la messe à la télé !

Derrière leur écran, plus de 600 000 fidèles vont suivre cette messe. Aphone dimanche dernier, le père François Richer espère qu’il aura retrouvé sa voix. « Et surtout que la chaleur de la prière qui sera présente ici passe par tous les câbles électriques et je ne sais pas quoi, pour arriver jusqu’au téléviseur des gens et qu’ils se sentent aussi pris dans cette ambiance de prière. »

D’ordinaire, une centaine de fidèles assistent à la messe à Gesté. Ils devraient être plus nombreux dimanche, même si des paroissiens ont l’intention de suivre la messe à la télé, sous prétexte qu’on voit mieux !

« Ils vont louper toute l’ambiance, tout ce qui se passe et qu’on ne verra pas forcément à la télévision, se lamente le père François Richer. Je pense qu’au contraire, c’est un très beau moment à vivre, et qui ne se reproduira pas de sitôt ! »

Ecouter le reportage : 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don