Accueil
Martine Vassal : "Un tournant historique pour la Métropole"
Partager

Martine Vassal : "Un tournant historique pour la Métropole"

Un article rédigé par Amaury Guillem - Dialogue RCF (Aix-Marseille),  -  Modifié le 26 novembre 2021

Des mairies d'arrondissements au Président de la République, tout le monde parle de la Métropole Aix-Marseille-Provence et de sa prochaine réforme. Un sujet technique et assez obscur pour le citoyen lambda, dont le quotidien sera pourtant impacté par ces changements. Martine Vassal, présidente de la Métropole, est notre invitée pour en parler.

Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence. DR Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence. DR

"Un tournant historique" : c'est ainsi que Martine Vassal, présidente de la Métropole Aix-Marseille-Provence, évoque l'amendement de la loi de finances 2022 qui a validé un financement d'un milliard d'euros en faveur du développement des transports en commun sur le territoire de la Métropole.

"La Métropole est l'échelon institutionnel qui doit porter un tel chantier" et rendez-vous est donné en décembre pour le vote du plan de déplacements urbains.

Tramway, bus à haut niveau de service (BHNS), parking relais, trains : les projets et les calendriers vont donc être définis "et pas uniquement pour Marseille. Certes, il faut désenclaver les quartiers nord de la ville, mais penser aussi aux habitants d'Istres, d'Aubagne ou de Miramas qui eux aussi se déplacent sur le territoire."

Sur la table aussi, la question de la desserte de l'aéroport de Marignane ou encore la transformation de la gare Saint-Charles : "Aujourd'hui, elle est engorgée à cause des TGV. Une nouvelle gare souterraine va permettre d'accueillir ces TGV de la nouvelle ligne Paris-Nice, et les voies ainsi libérées permettront de renforcer le trafic de trains régionaux."

Mais Martine Vassal, qui est aussi président du Département des Bouches-du-Rhône, le rappelle :

On n'a pas attendu ce milliard pour se mettre au travail

et le Département a déjà dépensé 500 millions d'euros pour améliorer les transports, par exemple avec la création du BHNS d'Aix-en-Provence, l'aménagement des voies réservées sur l'autoroute ou l'achat de bus à double étage."

Pour Martine Vassal, cet intérêt de l'Etat et du gouvernement pour la Métropole est un soulagement : "Cela reposera moins sur le Département et permettra d'aller plus vite sur des projets qui n'ont pris que trop de retard."

Aller plus vite sera aussi possible à condition que la Métropole se recentre sur des compétences stratégiques : "Notre Métropole s'est constituée à partir de six territoires qui avaient des fonctionnements, des attentes, des centres d'intérêts différents. Toute a été regroupé et les lieux de décisions se sont éloignés des lieux d'actions."

Pour Martine Vassal, il fallait que cela change et c'est ce qui est en train de se passer : "Avec les 240 élus de la Métropole, je souhaite que nous nous concentrions sur le développement économique, l'aménagement du territoire, la mobilité, le logement, l'environnement et que dans ces domaines, nous portions les sujets de A à Z."

Les autres compétences de proximité devraient donc revenir aux communes... sauf pour celles qui ne le souhaiteraient pas : "Nous réfléchissons à comment mieux accompagner les maires par bassins de vie."

Une Métropole qui, créée en 2016, vit l'étape 2 de son histoire... avant l'étape 3 qui sera la fusion avec le Département ? Un projet lancé, puis arrêté, puis repris.

"Ne mettons pas la charrue avant les boeufs, occupons-nous d'abord de mettre la Métropole sur de bons rails et laissons le Département rester le fer de lance de la solidarité sur le territoire."

Une solidarité pour laquelle l'institution départementale a été largement sollicitée depuis ces deux ans de pandémie : "Le Département a fait la démonstration de sa capacité d'agir. La Métropole doit faire de même aujourd'hui."

 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don