Accueil
Loi Elan: plus que 10% de logements accessibles aux personnes handicapées
Partager

Loi Elan: plus que 10% de logements accessibles aux personnes handicapées

Un article rédigé par Jean-Baptiste Le Roux - RCF,  -  Modifié le 6 juin 2018
C’est l’une des mesures les plus controversées de cette loi dont l’examen s’achève mercredi 6 juin à l’Assemblée nationale.
Pixabay Pixabay

Un quota qui diminue de 100% à 10%

La loi Elan fait couler beaucoup d’encre. Parmi les mesures qui suscitent l’indignation, figure notamment la diminution du quota de nouveaux logements accessibles aux personnes handicapées. D’après le projet de loi, ce quota devrait diminuer de 100 à 10%. Une mesure évidemment critiquée par de nombreuses associations, mais également par le défenseur des droits, qui y voit une "grave récession sociale".

En septembre 2017, Emmanuel Macron déclarait vouloir "réduire les normes qui relèvent de très bons sentiments". La diminution du quota de logements accessibles aux personnes handicapées semble s’inscrire pleinement dans cette déclaration. Pourtant, pour le gouvernement, cette mesure devrait permettre de relancer la construction de logements neufs. Pour l’exécutif, le précédent quota dissuadait jusqu’alors les promoteurs de construire, et participait alors à l’aggravation de la crise du logement dans l’Hexagone.
 

"On est en train de bâtir une société d'exclusion"

L’équipe au pouvoir se défend par ailleurs de réduire l’accès des personnes handicapées aux logements neufs. Dans les faits, précise le gouvernement, seulement 10% des logements resteront vraiment accessibles aux personnes handicapées, mais les 90% restants seront évolutifs, c’est-à-dire adaptables pour ces personnes, si besoin. Un argument qui ne calme pas la colère des associations, à l’image de Jean-Louis Garcia, le président de l’Association pour les adultes et jeunes handicapés (APAJH).

"C’est une catastrophe. Il y a un discours sur la société inclusive, et en même temps, on fait le contraire de ce qu’il faudrait faire. C’est un signe négatif ravageur donné aux constructeurs, aux promoteurs, et c’est ne pas prendre en compte les personnes en situation de handicap qui vont avoir de plus en plus de mal à trouver un logement dans lequel elles pourront vivre. C’est ne pas prendre en compte la population qui est en train de vieillir et qui petit à petit se trouve mal dans les logements dans lesquels elle se trouve. On est en train de bâtir une société d’exclusion" a-t-il déclaré sur RCF, au micro de Pauline de Torsiac.
 

Jean-Louis Garcia, président de l'APAJH:


 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don