Accueil
Liberté de la presse : situation alarmante pour les journalistes dans le monde
Partager

Liberté de la presse : situation alarmante pour les journalistes dans le monde

Un article rédigé par Margot Hemmerich - RCF,  -  Modifié le 27 juin 2021
3 questions à Liberté de la presse : situation alarmante pour les journalistes dans le monde
Le classement 2019 a été publié aujourd’hui par RSF. Si certains bons élèves comme la Finlande progressent, les mauvais ont la dent dure.
podcast image par défaut

Dans quel pays du monde les journalistes sont-ils le plus présécutés pour leur travail ? Le classement 2019 de la liberté de la presse est publié ce matin par Reporters Sans Frontières. La Norvège conserve pour la troisième année consécutive sa place de premier, tandis que la Finlande retrouve sa deuxième position au détriment des Pays-Bas où deux reporters spécialistes du crime organisé sont contraints aujourd'hui de vivre sous protection policière permanente. Et c'est désormais le Turkménistan qui ferme le classement, prenant la place de la Corée du Nord. Pour en parler Pauline Ades-Mevel, responsable de la zone Union Européenne et Balkans à RSF.
 

Le grand enseignement de cette édition c'est je cite votre rapport "que la haine contre les journalistes à dégénérer en violence, qu'elle est facteur d'une montée de la peur" qu'est-ce que ça signifie ? 

"Ça signifie qu'au regard des situations dans plus de 180 pays que nous étudions chaque année, cette mécanique de la peur s'est mise en place. Cette hostilité à l'encontre des journalistes est présente partout, parfois portée par des dirigeants politiques. Elle se manifeste par des passages à l'acte, des violences, des mouvements d'agressivité, des meurtres qui font peser des dangers énormes sur les journalistes de plus en plus souvent."

 

Il y a d'ailleurs des chiffres dans ce rapport qui sont assez alarmants, 8% des pays où la situation pour les journalistes est bonne et 16% plutôt bonne. Ça fait à peu près un quart, ça veut dire que pour tout le reste, les situations sont difficiles VOIRE très difficiles ? 

"Exactement ! Il y a des pays qui ont changé de catégorie notamment les États-Unis qui ont perdu 3 points cette année et désormais ils se situent dans la zone orange de notre classement. Des journalistes ont été assassinés au Capitol Gazette dans le Maryland il y a quelques mois. En fait, 24% des pays seraient des endroits propices à l'exercice du journalisme contrairement à l'an dernier où il y en avait 26%. Donc on constate une dégradation et elle se manifeste un peu partout."

 

Dans le rapport vous notez effectivement que l'Union Européenne et les Balkans connaissent également la deuxième plus forte dégradation, à quoi on peut imputer cette dégradation dans ces pays quE vous disiez plutôt vertueux pour les journalistes auparavant ? 

"Il y a dans l'Union Européenne et les Balkans des phénomènes qui se sont manifestés qu'on voyait poindre, une dégradation du climat. Ces pays où de nombreux journalistes d'investigation travaillaient dans de bonnes conditions pendant de nombreuses années. Ils travaillaient sur les réseaux mafieux, sur des questions qui touchent le continent européen qui dérangent et se voient agressés aujourd'hui ou assassinés pour leurs enquêtes parce qu'ils bouleversent des réseaux criminels mondiaux qui sont implantés dans cette région. Et donc ce havre propice pour les journalistes n'est plus aussi serein. C'est une partie du monde qui était plus ou moins épargnée et qui aujourd'hui ne l'est plus du tout."

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

Émission 3 questions à © RCF
Cet article est basé sur un épisode de l'émission :
3 questions à

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don