Accueil
Les artisans lorrains en péril à cause de l'explosion des prix de l'énergie !
Partager

Les artisans lorrains en péril à cause de l'explosion des prix de l'énergie !

Un article rédigé par Arthur Carmier - RCF Jerico Moselle, le 12 septembre 2022  -  Modifié le 12 septembre 2022
3 questions à ... en Moselle Inflation - L'explosion des prix de l'énergie impacte aussi les artisans lorrains

L'explosion des prix de l'énergie met en péril bon nombre d'artisans lorrains. C'est le cas de Christian Haberey, boulanger à Metz-Queuleu depuis 36 ans. Il se veut alarmant quant à l'avenir de son entreprise.

Les artisans lorrains en péril à cause de l'explosion des prix de l'énergie ! Les artisans lorrains en péril à cause de l'explosion des prix de l'énergie !

Fin août, le prix de gros de l'électricité pour 2023 a atteint un niveau record de 1000€ le mégawattheure contre 85€ il y a un an. Il en va de même pour les prix du gaz ou encore du gazole. Si les consommateurs font partie des premières victimes de cette inflation, les petites entreprises et les artisans souffrent aussi beaucoup de cette crise.

C'est le cas de Christian Haberey, boulanger à Metz-Queuleu depuis 36 ans. Alors que certains de ses confrères viennent de renouveler leur contrat d'électricité et voient les montants de leurs factures exploser. L’artisan messin s’est montré alarmant sur les prix de l’énergie : « Je vais parler pour l’ensemble de la profession. Certains de mes confrères ont subi des hausses inadmissibles et vertigineuses qui vont mettre en péril nos entreprises. Une entreprise comme la mienne consomme entre 30 000 et 35 000€ d’énergie par an. En renouvelant mon contrat, je vais sûrement devoir payer entre 210 000 et 250 000€ d’énergie par an. Intenable. ».

L’explosion des prix de l’énergie n’est pas la seule qui inquiète les artisans lorrains. Le coût des matières premières (farine, produits laitiers, etc…) est également un problème. Christian Haberey va donc devoir augmenter de 30 à 50% le prix de ses produits. Par exemple, une baguette qui valait 1€ coutera 1€50. « On aura une perte de chiffre d’affaires qui conduira à des licenciements. A moyen terme, on devra fermer boutique. Depuis 1986, j’ai toujours été optimiste. Mais là, je me pose malgré une question : va-t-on mourir ? », alerte le boulanger, très pessimiste quant à l’avenir de son entreprise.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don