Accueil
Le travail en question
Partager

Le travail en question

RCF,  -  Modifié le 26 juin 2021
Le travail est aujourd'hui en crise. Confronté à la doxa néolibérale et à diverses mutations, il est davantage associé au profit qu'à l'épanouissement de ceux qui l'accomplissent.
podcast image par défaut

Censé contribuer à l’accomplissement de notre personne humaine, le travail est bien souvent  synonyme de burn-out ou d’inquiétudes.  Comment mieux protéger le travail et mieux le vivre ? Au micro d’Antoine Bellier, Gérard Mordillat, co-auteur de la série documentaire : "travail, salaire, profit" (Arte), appelle avec vigueur à "lutter contre ce point de vue idéologique  qui voudrait que l’on travaille toujours plus". Il faut combattre avec la plus grande énergie le terme de "flexibilité", qui est selon lui une « façon terrible d’utiliser les personnes selon les désirs des donneurs d’ordre".  

 
Métier, travail et emploi 

 Sociologue, maître de conférences à l'Université de Reims Champagne Ardenne, Nadège Vézinat fait le distinguo entre travail et emploi : "On peut avoir un emploi satisfaisant parce qu’on est en CDI mais un travail complètement insatisfaisant car il ne correspond pas à ses compétences, qu’on est sous employé, qu’il est pénible. A l’inverse, on peut avoir un travail extrêmement satisfaisant mais avec un emploi précaire, ultra flexible".
 

Une charge ou une richesse ?

"Au moment de la crise des subprimes en 2008, les conséquences sur l’emploi ont été beaucoup moins fortes en Allemagne qu’en France. Quand le patronat français pleurait partout pour licencier, les entreprises allemandes ont fait l’impossible pour ne pas licencier parce que le travail était perçu non comme une charge mais comme une richesse", analyse l’économiste  Olivier Favereau, codirecteur du département économie et société au Collège des Bernardins.

 Il voit cependant d’un bon œil certaines évolutions.  "Qu’est ce qu’un employeur achète quand il fait signer un contrat de travail ? On s’aperçoit qu’il y a eu un glissement presque sur un siècle. Au début, on a acheté une capacité de production, ensuite on a acheté une capacité de coopération et nous sommes maintenant dans une troisième phase où l’employeur achète une capacité d’apprentissage. On sollicite de plus en plus ce qu’il y a de plus noble dans le travailleur, à savoir ce qu’il est capable lui-même de découvrir. "

 
Fausse autonomie et nouveaux asservissements

 Irons-nous vers une rénovation de la relation salariale, avec plus d’économie  ou vers un grand retour en arrière (XIXème siècle) vers une relation marchande sous couvert d’auto-entreprenariat et de technologies nouvelles ?   A l’heure où l’on prône de plus en plus la co-construction, l’entreprise libérée, la collégialité, les trois invités s’interrogent sur la question de l’autonomie,  de la place des hiérarchies et des structures des pouvoirs de gouvernance dans les entreprises.
 

Cet article vous a plu ?
partager le lien ...

RCF vit grâce à vos dons

RCF est une radio associative et professionnelle.
Pour préserver la qualité de ses programmes et son indépendance, RCF compte sur la mobilisation  de tous ses auditeurs. Vous aussi participez à son financement !

  • Ce don ne me coûte que 0.00 € après déduction fiscale

  • 80

    Ce don ne me coûte que 27.20 € après déduction fiscale

  • 100

    Ce don ne me coûte que 34.00 € après déduction fiscale

Faire un don